Deuxième bouquet final de printemps : fêtons l'ophrys !

Surprise ! Vous pensiez en avoir fini avec mes élucubrations sur les orchidées sauvages du Gers qui sont les plus belles orchidées sauvages de la terre et même de l'univers - oui, parce que le Gers est le plus beau département de la terre et même de l'univers, donc ses orchidées, bah c'est pareil, y a pas mieux !

Hé bien non ! Ce n'est pas fini ! Car il me reste une réserve d'images que je ne compte pas garder indéfiniment à rien à faire dans mes disques durs ! Et Pourquoi pas faire durer le plaisir ?  Pourquoi pas se donner aussi la possibilité de voir ces belles dames aussi en été même si elles sont absentes des prairies estivales dans le Gers ?

Ok, je vais être franche. Les photos étaient prêtes et n'attendaient que ça, mais je 'ai pas eu le temps. Je vais t'expliquer, je vois à ta tête de lecteur assidû que tu es curieux de comprendre le pourquoi du comment de ce retard presque impardonnable mais que dans ta bienveillance naturelle tu me pardonneras quand même !  En vrai, je n'ai juste pas eu le temps. Tu sais le temps, ce truc qui, malgré mes efforts, ne s'étire pas ! Pourtant j'essaie d'avoir des journées de 72heures mais je n'y arrive pas... en plus il faut aussi dormir !  La fin d'année scolaire s'est tellement emballée : un poste à 74 km de la maison, des élèves difficiles qui m'ont fait tourner en bourrique, l'ouverture de ma micro-entreprise, le début des vacances avec du monde à la maison, le jardin à maintenir... A chaque fois je scande un "vivement la retraite !" et je comprends pourquoi les retraités aussi se sentent parfois débordés - en plus eux, on leur colle souvent leur petits enfants dans les pattes. Bref, il a fallu que je me pourrisse un genou et que je me trouvasse les fesses collées au fond de mon canapé pour avoir du temps à tuer. Quelques détails : anti-inflammatoires qui font somnoler mais qui soulage, pas de possibilité de marcher trop longtemps, et impossibilité de conduire. C'est un peu ma faute, j'ai forcé dessus dès le départ de la douleur, parce que l'appel du Gers était trop fort. Du coup, le temps de retrouver une mobilité correcte, de passer une IRM qui déterminera probablement l'origine du mal, je me livre à des activités extraordinaires comme parler du Gers, trier mes photos du Gers et écrire des articles sur le Gers. Et c'est là que j'ai regardé tout ce que j'avais en retard... et notamment des articles sur les orchidées.

 Autant vous dire que, quitte à ne pas pouvoir gambader réellement sur les terres de mon tendre Gers, hé bien, je m'y baladerai virtuellement.  Et quoi de mieux que de me souvenir de ma rencontre avec les ophrys 2019, notamment les ophrys insectifera, aussi appelées ophrys mouche, à la carrière Saint-Cricq, trouvés fin avril et début mai ? Sa forme m'amuse toujours, selon l'angle où on la regarde, on voit véritablement une mouche !

 

_DSC0040

_DSC0045

 

DSC_1004

 

Nos chers ophrys mouches avaient des voisines ! Un sacré paquet de voisines. Les ophrys bécasses étaient en pleine floraison au même moment et au même endroit. Comme toujours, ce fut un véritable festival de motifs, de formes et de couleurs. Avec le bon rayon de soleil au bon moment ! J'étais en pleine kiffance - "kiffance", terme inventé qui vient du verbe "kiffer" qui signifie "aimer". 

_DSC0078_DSC0082

_DSC0091

 

_DSC0092_DSC0098

_DSC0101_DSC0113

 

DSC_0987

DSC_1043DSC_1050

DSC_1073

 

Dans une belle prairie près de Simorre - un véritable petit paradis, rempli d'espèce différentes - j'ai aussi eu le plaisir, début mai, de rencontrer les orphys araignées. Moins colorés, mais pas moins beaux nos ophrys araignées ! Et comme pour les ophrys mouche c'est à s'y méprendre ! Arachnophobe s'abstenir !

DSC_0439

DSC_0547

DSC_0555

DSC_0565

 

DSC_0567

DSC_0634

 

Je termine cet article avec mon ophrys préféré dont j'ai fait très peu de photos cette année puisque je n'ai eu le temps que de ne passer le voir que "vite fait" ! Je continue à trouver que c'est le plus flamboyant, le plus impressionnant par sa taille et ses motifs ! C'est évidemment l'ophrys aergirtica ou ophrys du Gers !

 

DSC_2774

DSC_2781

 

Tu vois là, je revis chaque instant, la voiture arrêtée en un lieu sûr, le soleil et le vent sur mon visage, le chant des oiseaux, mes pieds dans le sol mou, le bourdonnement des insectes, mes petites frayeurs parce que je suis un peu insectophobe sur les bords, la découverte de chaque fleur à chaque pas, la joie de les retrouver, les orchidées, de pouvoir les photographier en prenant soin de ne pas les écraser, ni les abîmer. Parfois carrément assise ou couchée dans l'herbe, flippant un peu d'avoir des araignées sur moi. Parfois patientant que le vent se calme. Oubliant le reste, tout le reste, le stress du travail, le stress que nous impose la société, oubliant même parfois qu'il est l'heure de rentrer manger ! C'est quand Mai 2020 sinon ?

PS : j'ai encore des photos en réserve ! :p

Posté par wawaa à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Deuxième bouquet final de printemps : fêtons l'ophrys !

Nouveau commentaire