Quand une chasse à la brume se transforme en chasse aux reflets !

 

Je ne sais pas vous mais quand je pense au mois de novembre dans le Gers, je pense au retour des brumes matinales. Ces brumes incroyables qui caressent voluptueusement les courbes gersoises et s’emparent peu à peu de l’atmosphère, s’y étalant avec grâce et douceur. Ces brumes qui donnent aux paysages une allure mystérieuse et fascinante, qui les estompent en les sublimant. Alors, cela allait de soi, il fallait que j’aille dans le Gers le premier jour de novembre. Pour ce faire, j’ai organisé un complot avec moi-même pour embarquer mon mari pour toujours dans cette nouvelle aventure. « Séjour en amoureux dans le Gers ». Ca sonnait bien. « Une nuit dans un hôtel gersois sympa, réveil à 6h15 et petit-déjeuner gargantuesque ». J’espérais que « petit déjeuner gargantuesque » efface « réveil à 6h15 »… 6h15 ! Mais « Pourquoi 6h15 ? ». Pauvre homme, un jour de repos et je l’oblige à se lever très tôt ! Oui mais, comme je lui ai expliqué, c’était pour être d’attaque dès le lever du soleil et voir la brume se lever au fil de la matinée. Après le fameux petit-déjeuner gargantuesque, il n’y avait plus qu’à se mettre en chasse. 7h00 sonnait, le ciel s’éclaircissait. Nous avons pris la direction de Roquelaure pour aller au pied du château d’eau d’où la vue sur la campagne gersoise et même au-delà est toujours magnifique.

Au début le temps était gris, intensément gris. Difficile d’envisager un lever de soleil flamboyant comme j'en rêvais. Mais, il y avait cet arbre esseulé dans une sorte de brouillard diffus.  Et puis les oiseaux, leur envol désordonné. Le jour apparaissait timidement teintant légèrement les nuages d'un rose discret. C'était doux et authentique. Et beau.

C_DSC0003

_DSC0026

_DSC0035

_DSC0040

 

_DSC0045

 

Nous avons repris la route vers Lavardens. Pourquoi Lavardens ? Parce que j'espérais revoir une mer de brume au pied du village et aussi parce que j'aime ce village. Faut-il véritablement se justifier ? En chemin, la pause s'est imposée à proximité du petit village de Mérens. La vue ! La vue ! La vue sur les vallons était juste "waouh !". J'aurais pu vous sortir tous les adjectifs mélioratifs possibles, mais seul "waouh" me vient à l'esprit. Un lever de soleil, une couche nuageuse, la brume, au loin le village de Montaut-les-Créneaux... comme on a bien fait de s'arrêter ici !

 

 

Sans titre

_DSC0070

 

 

_DSC0074

Et puis vite, vite ! "Retournons à la voiture, allons à Lavardens ! Le soleil est là, le village doit être gorgé de lumière." C'était le cas. La pierre était magnifique, imprégnée de ce soleil matinal. C'est là que j'ai commencé à expliquer à mon cher et tendre qu'à chaque fois que je viens, j'ai envie d'aller au bord du petit point d'eau en contrebas, mais que je ne sais pas à qui il appartient, je ne sais pas à qui demander l'autorisation et qu'il faut pour cela traverser le champ. Et là, si tôt le matin, trouver le propriétaire, aurait été compliqué. Alors, comme le champ n'était pas cultivé et plutôt labouré, on a osé le traverser. J'étais un peu embarrassée par l'idée, je n'aimerais pas que n'importe qui traverse mon jardin sans prévenir, sans demander. Mais là, cette lumière ! Cette intense lumière ! Cette magnifique lumière ! Comment renoncer à un sublime reflet du village en prime ?

_DSC0090

 

Pas de tergiversation. On y est allé. J'aurais expliqué que j'étais subjuguée. Que résister était trop difficile. Que la tentation était trop forte. Que le reflet ne pouvait pas attendre. Crottant nos chaussures et salissant nos vêtements, nous avons pris tout droit jusqu'à la réserve d'eau. Une fois au bord, je suis restée bouche bée. C'était tout simplement splendide. Je voyais le village sous un angle que je ne connaissais pas et son reflet venait embellir le tableau. La lumière était toujours aussi fascinante. Il n'y avait qu'à contempler. Nous avions en plus la compagnie d'une dizaine de ragondins qui se laissaient aller à la surface de l'eau. 

_DSC0103

 

_DSC0124

_DSC0129

_DSC0149

 

Je prie donc le propriétaire de cet endroit d'accepter mes millions d'excuses pour avoir pénétré jusque-là. Je le prie de bien vouloir pardonner notre effronterie. Et je le remercie pour ce lieu absolument magique qui nous a laissé sens dessus dessous et sans dessus dessous ! Il va de soi que je ne vous incite en rien à y aller sans avoir préalablement l'autorisation. Grâce aux réseaux sociaux, j'ai trouvé un membre de la famille du propriétaire et pour ma prochaine venue, je ne manquerai pas de demander l'autorisation en bonne et due forme ! 

 

_DSC0160

En attendant, une matinée faite de brume et de reflet est une matinée parfaite. La suite de nos aventures furent d'ailleurs tout aussi trépidante mais je vous en parlerai dans d'autres articles à venir !

Posté par wawaa à 17:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand une chasse à la brume se transforme en chasse aux reflets !

    Belle escapade à travers le Gers bien mis en valeur dans votre blog que je ne suis que depuis cet été.... Avez-vous fait un mini reportage du côté des petits villages pittoresques du Ténarèze comme Saint Orens Pouy Petit, Blaziert, Maignaut et autres .... ? Ils valent le détour, petits mais si jolis ....

    Posté par Cécile, 04 novembre 2018 à 19:41 | | Répondre
    • Merci Cécile pour vos compliments ! Parmi les plus de 1750 articles du blog, oui, il y a des reportages sur des villages de la Ténarèze, si vous voulez les retrouvez il y a une barre de recherche dans la colonne de gauche du blog. A très bientôt !

      Posté par wawaa, 04 novembre 2018 à 20:05 | | Répondre
Nouveau commentaire