Week-end magique au Pic du Midi de Bigorre !

Combien de fois en 10 ans ai-je contemplé ce fabuleux sommet qui s’impose dans la chaîne pyrénéenne ! Ce n’est pourtant pas le plus haut des Pyrénées. Mais le Pic du Midi de Bigorre a toujours suscité en moi une grande fascination. J’en ai passé du temps à l’admirer depuis le Gers. Dès que je pars en rando, j’espère toujours l’apercevoir. Dès je monte sur le point culminant du Gers, il me plait de le distinguer parmi tous les autres sommets, sans parler du point de vue de Sauveterre. Dès que je longe la digue du lac de l’Astarac, je m’attends à voir son reflet dans l’eau. Dès que je me promène sur le petit chemin derrière chez papa et maman, c’est pour le voir… Je l’aime davantage le matin, quand les tout premiers rayons du soleil en caressent le sommet, je l’aime aussi le soir, juste avant la fin du jour, enrubanné de mille couleurs. Je l’aime en toutes saisons. J’ai eu la chance d’y monter une journée en 2013. Je n’avais rien publié à l’époque. Mais j’en avais gardé un souvenir impérissable ! Le Pic du midi de Bigorre n’est géographiquement pas dans le Gers, c’est vrai. Mais, il fait tellement partie de mon paysage, que j’ai toujours eu l’impression qu’il était gersois… Les bigourdans m’en voudraient de vouloir leur voler leur pic ! Et si je devais additionner tout le temps passé à l’admirer, je pense que ça doit se compter en mois ! Peut-être même en années…allez savoir ! Diantre ! Pourquoi vous fais-je donc tout à coup un grand discours sur mon adoration pour le Pic du Midi de Bigorre ? Tout simplement parce que j’ai encore été une sacrée veinarde. Oui madame la lectrice, oui monsieur le lecteur, une VEINARDE. Comme toujours ! J’ai eu l’incommensurable chance de pouvoir contempler le Gers depuis les 2877 m d’altitude du Pic du Midi de Bigorre, de jour et de nuit. Comment ? Grâce à Maripourtoujours qui a fait en sorte que nous puissions participer à un séjour organisé par le CE de l’entreprise où il travaille.

C’est ainsi que le samedi 11 août 2018, à 7h30, nous avons pris la route, depuis chez mes parents, vers La Mongie. C’est non sans excitation que nous avons commencé notre périple vers les montagnes. Avec une première pause obligatoire à… 2 kilomètres ! Bah oui, on voyait le Pic, au bout d’un champ de tournesols, à côté du clocher de Mont d’Astarac où nous nous sommes mariés il y a 5 ans. On ne pouvait pas ne pas immortaliser ce moment ! Ca aurait été une hérésie que de ne pas s’autoriser à déjà s’arrêter !

DSC_0380

Au fil de notre avancée, le Pic semblait se rapprocher très vite et devenir de plus en plus imposant. Le temps superbe n’enlevait rien à cette agréable sensation de conquérir le monde. Il n’y avait qu’à s’abreuver de ce que la nature nous offrait. Ce n’était pas un rêve, il restait peu de temps avant que nous fussions là-haut !

 

DSC_0381

DSC_0413

DSC_0431

C’est vers 9h30 que nous avons garé la voiture sur le parking de La Mongie, ajoutant à notre tenue une veste ou un pull. On était à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau de notre rêve. Nous avons été accueillis plus que chaleureusement à la réception et nous avons pu accéder au sommet vers 10h30. Mais avant ça, il faut passer l’épreuve du petit voyage à sensation dans une cabine pleine de gens et suspendue dans le vide d’une petite vallée verdoyante. Heureusement, le paysage nous fait oublier nos craintes et la joie d’arriver enfin sur le sommet du Pic efface les frayeurs.

 

DSC_0465

DSC_0638

Quand nous sommes arrivés au sommet, on s’est pris une bouffée de réalité en face : une belle réalité ! On s’en est pris plein les yeux et plein le cœur. La montagne nous a rapidement gagnés ! Même pas peur des 30% d’oxygène en moins, on se la joue peinard pépère, on traîne la patte volontairement, on marche tranquille, on se pose aux quatre coins de la plateforme, on contemple ici ou là, on fait un tour dans le musée. Je n’ai pas besoin de vous dire que de là-haut tout est exceptionnel. On voit le massif de la Néouvielle, le Cirque de Gavarnie, le Vignemale, la Brèche de Rolland et bien d’autres sommets encore. On aperçoit aussi Bagnère de Bigorre, le plateau de Lannemezan et si on force un peu le regard, le Gers, avec le Lac de la Gimone et le Lac de l’Astarac ! Et des oiseaux magistraux ! 

 

DSC_0433

DSC_0449

DSC_0469

DSC_0484

DSC_0504

 

DSC_0548

 

On a l’impression de parfois planer au-dessus des éléments, encore plus en marchant sur le Ponton dans le ciel. Nous aussi, on était suspendus dans le ciel.

DSC_0553

DSC_0554

DSC_0567

DSC_0583

DSC_0587

 

DSC_0658

Vers 14h, nous avons pu récupérer notre chambre. Un petit cocon douillet avec une vue imprenable ! Nous en avons profité pour faire une sieste car nous savions que nous n’allions pas beaucoup dormir la nuit suivante. Quand à 16h00 nous nous sommes réveillés, nous avons découvert le pic dans une ambiance un peu plus nuageuse ! Et ma foi, ce n’était pas pour nous déplaire ! Nous avons donc refait, évidemment,  un tour des lieux !

DSC_0697

DSC_0714

DSC_0715

DSC_0732

DSC_0733

 

DSC_0739

DSC_0800

A 17h30 nous avons été accueillis par le pétulant Philippe qui n’a pas quitté son chapeau ! Un guide exceptionnel dont l’humour et la sympathie ne nous ont pas échappés. Il nous a rappelé quelques règles de sécurité et expliqué le programme de la soirée. On a commencé par boire et manger avant d’aller en apprendre plus avec lui au planétarium sur l’histoire de l’observatoire du Pic… et quand on a su qu’au début, les observateurs du ciel supportaient des  longues nuits à -40°C, on a moins fait les malins ! A 19H20, histoire de ne pas aborder la longue nuit le ventre vide, direction le restaurant avec repas gastronomique et traditionnel bigourdan, foie gras, volaille fermière, dessert délicieux, le tout arrosé de champagne. Et une occasion aussi de discuter avec les autres participants.Hé quoi ensuite ? Un coucher de soleil magnifique. Rien que ça ! Il ne fallait pas oublier les gants et le bonnet, car il faisait à peine 4°C avec un petit vent un peu glacial. Les teintes prises par le ciels et les sommets pyrénéens regorgeaient de magie. La grosse étoile s’est peu à peu cachée derrière un rideau de nuage à l’horizon, mais elle a laissé derrière elle un ciel chargé de couleurs mirifiques.

DSC_0851

DSC_0806

DSC_0821

DSC_0822

DSC_0827

DSC_0829

Et puis la nuit. Petit tour au planétarium pour quelques rappels sur le système solaire, l’observation des étoiles, ce que l’on peut voir en ce moment ou pas. Et dehors, les étoiles, des étoiles par milliers, par millions, par milliards… à l’infini ! Le calme plat sur la plateforme, le silence et les astres pour nous tenir en haleine. Quel spectacle ! Quel incroyable tableau ! Gourmande, je ne voulais pas en perdre une miette. Nous avons vu saturne dans le téléscope ! Saturne et ses anneaux !  Et puis à 1h30, après avoir immortalisé la truculente silhouette de mon maripourtoujours au bout du ponton dans le ciel, nous avons craqué !

 

DSC_0853

 

 

DSC_0858

 

DSC_0867

Le sommeil avait raison de nous. Mais pas fous, nous avons mis notre réveil 3h00 plus tard, pour revoir la nuit étoilée et le progressif lever de soleil sur la plaine. Un véritable rêve éveillé avec les sommets qui s’allumaient un à un !

DSC_0865

DSC_0878

DSC_0883

 

DSC_0946

 

DSC_0999

DSC_1011

DSC_1042

DSC_1043

DSC_1056

 

Un petit déjeuner vers 8h00 pour nous remonter et nous avons eu le droit d’allervoir le plus grand télescope de France et le coronographe. Ce dernier est fascinant. Il recrée des éclipses solaires pour observer l’activité du soleil. Il permet de voir les protubérances de l’étoile, ses débordements magnétiques qui peuvent avoir un impact sur les installations électriques et électroniques terrestres. Bref, nous voilà moins bêtes de surcroît !

DSC_1072

DSC_1077

DSC_1081

DSC_1091

DSC_1092

Repartir, reprendre le téléphérique et quitter tout ça… quel déchirement. J’aurais voulu y rester au moins une semaine pour y voir des nuits différentes, des météos différentes, des étoiles différentes. Mais il fallait repartir. Les étoiles ne sont plus que dans l’immensité céleste, elles sont aussi dans nos yeux maintenant !

Posté par wawaa à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Week-end magique au Pic du Midi de Bigorre !

    MAGIQUE !!!!!!!!!! je l'ai vu mais en avion avec l'Aéro-club d'Aire sur Adour !! c'est une balade magnifique !

    Posté par moniquelaffitau, 17 août 2018 à 11:44 | | Répondre
  • Quelle magnifique expérience, sous la voûte céleste , sur l’un des toits du monde !!!! On doit en rester tout ébaubi et submergé par tant de grandeur ..... ça donne envie d’y aller...
    Les photos de nuit sont magnifiques, surtout celles où on devine le soleil se lever ou se coucher. Mieux vaut avoir un bon appareil photo...
    Merci pour ce partage.
    Cécile

    Posté par CecileA, 17 août 2018 à 15:47 | | Répondre
  • Merci . J'ai toujours autant de plaisir à vous lire grâce à votre style plaisant et vos magnifiques photos mais là je dois dire que. C est grandiose . Bonne soirée .

    Posté par Coise, 17 août 2018 à 21:38 | | Répondre
  • Superbe balade....! Comme toujours avec tes articles, ça donne envie !

    Posté par Phil Kirl, 21 août 2018 à 14:56 | | Répondre
Nouveau commentaire