Deux nuits étoilées dans le Gers !

Il y a dans le ciel nocturne quelque chose de fascinant. Une immensité que l'on a l'impression de pouvoir presque toucher. Le gersois est chanceux : la pollution lumineuse dans le Gers est relativement faible par rapport aux autres départements. Pas de métropole, pas de ciel nocturne bizarre. Ici, la nuit, on voit en grand. On voit les étoiles, on voit les constellations. Et quand le ciel est dégagé, on pourrait rester le nez en l'air, bouche bée - quitte à avaler quelques moustiques - en s'extasiant du spectacle céleste. Je me souviens de la première fois que j'ai redécouvert le ciel nocturne dans le jardin de papap et maman, je n'osais pas cligner des yeux de peur de perdre le moindre grain de poussière d'étoile. J'ai gardé les deux globes oculaires bien écarquillés en m'émerveillan. Je me souviens aussi du 18 août 2013, à 5h00 du matin. Je m'étais mariée la veille avec Maripourtoujours dans la charmante petite mairie d'Arrouède et la magnifique église de Mont d'Astarac. On venait de faire la fête avec la famille et les amis dans la croquignolette salle des fêtes de Cabas-Loumassès. J'étais heureuse mais usée. Je marchais avec difficultés, les jambes crampées, lourdes, endolories par cette folle journée. L'orchestre venait de remballer ses affaires. Nous avons fermé la salle. Je me suis dirigée en claudiquant vers la voiture. Et au moment de monter dedans, j'ai lâchée un "Ouuuuaaaaaah, t'as vu le ciel comme il est beau !". On voyait tellement d'étoiles, la voie lactée dans ce noir profond ! J'avais l'impression d'embrasser l'univers tout entier.

C'est récurrent que je m'espante ainsi. Et quand je voyais passer des photos de nuit étoilée, j'admirais ces réalisations avec une certaine envie. Et si moi aussi un jour, j'y arrivais ? Quitte à avoir la tête dans les étoiles , autant les mettre dans mes photos ! Pour ça, il a fallu patienter. D'abord, il fallait que je maîtrise un minimum - et j'ai encore tellement à apprendre ! - le mode manuel de mon appareil photo bridge. Ensuite, il fallait plutôt un reflex, car mon bridge, aussi formidable soit-il, a ses limites. C'était là l'élément manquant : le reflex et ses objectifs. Dès que j'ai repris le travail, j'ai fait la fourmi. J'ai mis de côté pour pouvoir me l'offrir toute seule comme une grande. J'ai sauté le pas en juillet... un reflex et 4 objectifs (oui oui, 4 objectifs... déjà ! ). C'est jeudi dernier que j'ai pu faire des essais de nuits étoilées grâce aux conseils de mes amis photographe, Maxime et Fabien, qui m'ont coachée afin que je puisse prendre en main correctement mon nouvel engin. Je n'ai pas choisi l'endroit au hasard : il me fallait le moins de pollution lumineuse possible et un endroit pas trop loin de mon lieu d'hébergement pour pouvoir y passer un maximum de temps. Et je me suis rendue, avec mon formidable assistant photo alias Maripourtoujours, sur la digue du lac de l'Astarac. Oui, c'est un formidable assistant photo : il porte le sac, fournit l'eau et les biscuits en cas de besoin, éclaire à la lampe de poche au besoin quand il faut faire des manipulation sur l'appareil, chasse les crapauds flippants de notre chemin quand c'est nécessaire et propose même quelques idées de compositions photographiques intéressantes. Et en plus, contrairement à moi, il connait un peu les étoiles. Quand au choix du lac de l'Astarac, il est à proximité, il semble coupé du monde, il est loin de la pollution lumineuse et il pouvait nous offrir quelques reflets intéressants.

Voilà. Nous sommes arrivés à 22h00 sur la digue. Le soleil venait de se coucher. Le ciel commençait à s'assombrir. J'ai pu faire mes premiers tests avec quelques loupés que je ne vous montrerais pas. Les étoiles apparaissaient les unes après les autres dans le ciel comme si elles s'allumaient au fur et à mesure. Le ciel avait une teinte bleue marine enivrante. Et pour commencer cette aventure photographique nocturne, nous avions Mars et son reflet dans l'eau et Vénus ! 

DSC_0012

DSC_0014

 

Le ciel s'est obscurci. Il fallait changer les réglages. Bidouiller. Un peu plus d'ISO, un peu plus de temps de pose, une ouverture assez grande. Le plus compliqué a été d'arriver à faire la mise au moins d'où le manque de netteté de certaines photos. Mais voilà, plus la nuit avançait, plus le ciel scintillait et plus on apercevait la voie lactée. Et plus nous étions bouche bée...

DSC_0017

DSC_0021

Nous avons avancé. Plus au centre de la digue pour avoir une vue plus large sur le lac. Une véritable aventure dans le noir. Il faut rester zen quand les renards crient, quand les grèbes plongent, quand de drôles de bruits résonnent dans la nuits. Il faut aussi s'attendre à des attaques d'insectes voraces et fuir les crapauds hideux qui nous poursuivent ! Mais nous avons résisté, survécu et courageusement continué notre avancée. Petite pause vers le lac : la voie lactée, un satellite (à gauche) et quelques avions !

DSC_0029

Quand nous sommes arrivés au bout de la digue sur la plateforme métallique, nous avons pu profiter du spectacle d'un autre point de vue. Du grandiose comme toujours dans le Gers !  C'est là que j'ai réalisé qu'il fallait faire le parcours inverse pour rejoindre la voiture ...et  peut-être réaffronter notre ami le crapaud hideux mais qu'importe !

DSC_0058

DSC_0037

 

Il était minuit passé. Nous commencions à faiblir. Il était temps de rentrer. Et puis cet arbre...cet arbre au milieu de l'eau que j'adore de jour, en couleur ou en noir et blanc, notamment pour son reflet... De nuit ? C'est tout aussi "waouh !" ! Alors, on était pas couché ! Parce qu'il a fallu trouver le meilleur endroit pour avoir un maximum de reflet. Nous nous sommes donc approchés prudemment de l'eau, mais pas assez près pour avoir l'arbre entier reflété dans l'eau, car c'était trop boueux et trop risqué.

DSC_0057

 

Après cette belle soirée, l'envie de réitérer était trop tenace. Le lendemain soir, vendredi soir don, le ciel était dégagé et il était trop tentant d'aller faire quelques essais derrière la maison de mes parents. Nous avons constatés que l'endroit est plus sensible à la pollution lumineuse des villes à l'horizon. Mais nous avons retrouvé Mars, Vénus et notre belle voie lactée. J'ai aussi pu admirer mon arbre by night ! Et Arrouède scintillait comme jamais !

DSC_0227

 

 

DSC_0235

DSC_0243

DSC_0252

 

Ca c'était l'un de mes rêves ! J'ai enfin pu immortaliser quelques moments nocturnes. Pas à la perfection mais je suis contente de ce premier résultats ! Mais, je crois que rien ne vaut l'oeil nu, une nuit d'été, pour observer les étoiles. N'hésitez pas, et peut-être comme nous, verrez-vous quelques étoiles filantes !

Posté par wawaa à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Deux nuits étoilées dans le Gers !

Nouveau commentaire