[Et s'il n'avait pas plus ?] Episode 2 : Ciel ! Un arc-en-ciel !

Episode précédent : trouver le soleil à Castelnau-Barbarens

 

Après avoir profité du soleil de Castelnau-Barbarens, nous avons redémarré la voiture pour d'autres horizons. Comme j'ai pris le volant, j'étais maître à bord et Denis n'avait qu'à se laisser porter. Pour être honnête, je crois que je ne lui laisse jamais trop le choix en ce qui concerne les balades dans le Gers, mais il n'a pas l'air malheureux ! J'ai suivi mon instinct en fonction du soleil. Car c'était le but, éviter la pluie, suivre le soleil. Cela nous a menés sur la route de Saramon puis de Simorre. 16h00 sonnait et j'avais faim. J'avais très très faim. Faim au point de le répéter toutes les trois secondes environ. Or, je savais qu'il y avait une pâtisserie à Simorre - et en plus je suis calculatrice ! Il ne restait plus qu'à espérer qu'elle fût ouverte le samedi après-midi. C'est donc mon estomac qui nous a menés jusqu'à ce village pour lequel j'ai une grand affection que ce soit pour son musée paysan, son abbatiale surprenante, les orchidées sauvages qu'on peut y voir en saison ou encore les personnes que j'ai pu y rencontrer. Bref, tout est agréable à Simorre même la pâtisserie... Tandis que Denis choisissait une noix japonaise, je choississais un éclair au chocolat. On ne se refuse rien quand on est en vacances. Direction la place du foirail pour la dégustation. Au fond, des grands-pères jouaient à la pétanque. Quant à nous, nous avons choisi un banc au soleil pour nous délecter de nos pâtisseries. Ce petit goûter fut fort sympathique et les gâteaux très bons ce qui renforça davantage mon attachement à ce joli village. Une fois repus, nous avons quitté notre banc pour rejoindre la voiture. Allez, hop, direction, je-ne-sais-où. La pluie commençait à tomber... et c'est là, en tournant sur le petit rond-point à l'entrée du village, que nous avons vu un magnifique arc-en-ciel au dessus de nos têtes, un arc-en-ciel d'une intensité incroyable. Ni une ni deux, j'ai filé droit vers un point de vue que j'aime beaucoup, non loin du cimetière. En 15 secondes nous étions sur place. Je m'extirpe à toute vitesse de la voiture. Il n'y a pas de temps à perdre. Mais la moitié de l'arc-en-ciel s'efface. J'ai été trop gourmande à vouloir ce point de vue là ! Mais bon ! Il en reste encore un fabuleux morceau qui semble surgir du clocher. L'instant est fugace, je me précipite mais je savoure. Nous sommes, Denis et moi, alors bien conscients de la chance que nous avons de pouvoir capter l'éphémère.

DSCN8940

FSCN8070

 

Bien sûr, "si seulement j'avais pu l'avoir en entier, ça aurait été l'apothéose", me dis-je. Parce que jusque-là, je n'ai jamais su photographier un arc-en-ciel en entier. Sur Simorre, ç'aurait été encore plus extraordinaire ! Ma foi... Nous attendons un peu, mais le soleil est de plus en plus bas, la colline dans notre dos nous laisse penser que l'arc-en-ciel ne pourrait pas revenir ... Il repleut. Le ciel se voile. Nous repartons. Je prends le volant. Nous repartons. Passons par Betcave-Aguin, faisons quelques pauses. Et puis je dis à Denis qu'il lui faut surveiller le ciel ! On ne sait jamais! Il pleut, il fait soleil, il pleut, il fait soleil, ça sent l'arc-en-ciel. Nous passons Meilhan et descendons vers la D40. C'est là que Denis s'écrie "A gauche, un arc-en-ciel". L'endroit n'est pas idéal pour se garer. Il prend le volant, me laisse là et s'en va faire demi-tour pour se garer un peu plus haut. Je jubile, je me concentre. Je cours de haut en bas de la route, je m'essouffle. Mais c'est beau ! C'est beau cet arc-en-ciel sur la colline ! Et la lumière ! La lumière est magique !!!

DSCN8085

DSCN8086

L'arc-en-ciel disparaît, réapparaît. Je descends la côte, je la remonte, je la redescends. Je ne vois pas Denis revenir. Et là ? Et là c'est la saucée. Il se met à pleuvoir droit et fort. Mon visage dégouline. Je protège mon appareil photo tant que je peux. Alors que j'essaie de remonter, il est de retour ! Il est là, je le vois, je le vois en entier ! Et la lumière ? Que dire de cette lumière dorée et intense qui s'étend sur la campagne. Je suis aux anges ! 

DSCN8105

FSCN8134

 

J'ai aperçu la voiture. Denis passait par là. Il s'est garé et me regardait faire mes aller-retours dans la côte. Et puis le ciel a commencé peu à peu à s'éteindre. J'avais froid. Il fallait se mettre au chaud avant de choper une pneumonie - ç'aurait été un peu idiot de finir à l'hôpital pour un arc-en-ciel ! J'ai donc rejoint mon cher et tendre amusé de me voir aussi enjouée de tout ça, moi qui pensais que la pluie ne me réserverait rien de beau. Juste avant de monter dans la voiture, un dernier clic : l'arc-en-ciel était réapparu derrière quelques arbres à l'horizon.

DSCN8132

 

"Dis, tu crois que si on avait patienté à Simorre..." lui demandai-je en montant. "Non, je ne pense pas" me répondit-il. Je ne sais pas s'il m'a dit ça pour ne pas que j'eusse de regret ou s'il était sûr de lui. En tous cas, s'il n'avait pas plu, je n'aurais pas pu voir d'arc-en-ciel, je n'aurais pas vécu ces moments intenses à courir dans une côte à m'en décrocher un poumon et en perdre une cheville. Je n'aurais pas enfin réussi à prendre en photo un arc-en-ciel entier (ou presque entier). Je n'aurais pas vu la lumière du soleil s'étaler avec volupté sur la colline. S'il n'avait pas plu et si le ciel avait été intensément bleu, ça aurait été beau mais ça n'aurait pas été aussi sublime. La journée touchait à sa fin. Une fin mémorable. Quelque chose que je n'oublierai jamais, moi qui avait dit lorsque nous nous baladions deux heures plus tôt à Castelnau "S'il y avait un arc-en-ciel, ce serait le clou du spectacle"... Franchement, n'y-t-il pas plus génial que de voir son voeu aussi vite exaucé ?

Mais vous croyez que c'est tout ce que le temps pluvieux m'a offert pendant mon séjour ? Vous n'êtes pas au bout de vos surprises (et je ne l'étais pas non plus à ce moment là ! ). Vous verrez dans la suite de cette série d'articles que la pluie m'a réservé encore bien des merveilles !


Commentaires sur [Et s'il n'avait pas plus ?] Episode 2 : Ciel ! Un arc-en-ciel !

    tu as su également capter la lumière sur les pierres de Simorre....
    et un double arc sur l'arbre...
    Espérons que le trésor était au pied de cet arc qu'on nomme parfois arc d'alliance

    et je suppose que tu nous dévoileras d'autres reflets sur le lac

    Posté par Giovinetta, 01 mars 2018 à 08:20 | | Répondre
    • On m'a dit que les arcs-en-ciel étaient toujours doubles, c'est juste qu'on ne voyait pas toujours le second...
      Pour la prochaine, je ne dévoile rien, tu verras bien !!!
      J'espère juste avoir le temps de l'écrire avant la fin des vacances !

      Posté par wawaa, 01 mars 2018 à 09:09 | | Répondre
  • Quelle émotion !
    Cela ne m'étonne pas, car j'ai vécu un peu la même chose au Pays Basque il y a peu, mais sans pouvoir arrêter la voiture (les routes là-bas sont pires que celle du Gers pour ce qui est de s'arrêter !).
    Tes photos sont magnifiques ... et rares !
    Bises

    Posté par avoinette, 01 mars 2018 à 18:23 | | Répondre
  • et tu nous as fait un traitement photo pour rendre l'arc-en-ciel aussi lumineux ou il était aussi intense? c'est beau et rare à ce point.
    suis fan

    Posté par Anna, 02 mars 2018 à 21:59 | | Répondre
    • Il était aussi intense à l'oeil nu mais je n'ai pas eu le temps de faire les réglages adéquats pour prendre la photo (c'est tellement furtif ! ), j'ai donc légèrement boosté les couleurs, mais c'est tout

      Posté par wawaa, 02 mars 2018 à 22:08 | | Répondre
  • Il est des régions où les chaudrons d'or ont été semés bien trop près les uns des autres. Magnifique, et en des lieux que je ferais bien miens. J'aime à te savoir là; c'est comme une partie de moi qui s'évade
    ...

    Posté par jmlr, 04 avril 2018 à 22:53 | | Répondre
Nouveau commentaire