Déblatérations philosophiques sur le bonheur pas que made in Gers…

Il était 17h15 samedi quand j’ai eu la soudaine envie d’aller trainer sur le chemin derrière la maison de mes parents. Heure tout à fait spéciale à cette époque de l’année puisque c’est l’heure du coucher de soleil. Mais il y avait une grosse masse nuageuse informe qui ne me réjouissait pas plus que ça. Je doutais de voir les Pyrénées. Le panorama sur les montagnes me manque tellement ! C’est toujours une véritable bouffée de plaisir de les voir, surtout qu’à cette saison, le manteau blanc et bien brillant est de rigueur. Ceci étant, ce n’était pas si dramatique que cela qu’il y ait des nuages parce que le crépuscule leur donnait une ravissante couleur et les retrouvailles avec mes chers arbres n’en furent que plus fascinantes.

DSCN7010

DSCN7013

DSCN7026

DSCN7030

Tu sais, il y a des belles choses partout, tout le temps si l’on veut bien prendre le temps de regarder. J’ai continué mon chemin, le regard vers l’horizon. Et j’ai senti monter en moi comme une déferlante d’enthousiasme. Quelque chose d’absolument indescriptible. De la joie ? De la bonne humeur ? De la jubilation ? Je ne savais pas l’expliquer sur l’instant. J’étais réjouie, guillerette, contente… heureuse. Oui, j’étais heureuse d’apercevoir un bout des Pyrénées entre les nuages et notamment le fabuleux pic de Montaigu.

 

DSCN7040

J’ai alors compris que j’avais ressenti du bonheur. Le bonheur inespéré de voir un bout des Pyrénées avant fin 2017. Alors je me suis demandé ce que c’était le bonheur… n’était-ce que voir un bout de montagne sur un ciel crépusculaire ? Non, évidemment. Ca ce n’est qu’une sorte de bonheur. Il y a des millions de bonheurs différents, me disais-je tout en marchant, comme passer du temps avec les siens lors d’un réveillon de Noël ou de nouvel an, rire à gorge déployée avec eux, les prendre dans ses bras, discuter, partager, échanger, être ensemble. Partager un bon repas. Alors je repensais à ces quatre derniers mois difficiles où j’avais parfois eu l’impression que le bonheur était une chose fragile et qu’on pouvait rapidement nous prendre ceux que l’on aime. Et je repensais aux derniers jours passés en famille et le bonheur que tout ça m’avait apporté. Tu vois, le Gers, c’est aussi un endroit propice à la réflexion ! Bref, je profitais de mes petits bonheurs gersois avec gourmandises : au diable l’avarice, j’allais m’en goinfrer tant que c’était possible.

DSCN7043

DSCN7045

DSCN7047

DSCN7060

DSCN7062

Bref, voilà des petits bonheurs gersois pour lesquels j’avais la chance d’être aux premières loges… Alors pour cette année 2018 je vous souhaite de profiter de tous les bonheurs, petits ou grands qui vont seront donnés, de passer du temps avec vos proches, de vous réjouir d’un rien, de partager, d’espérer, de jubiler, de vous enthousiasmer pour un paysage ou pour tout autre chose… je vous souhaite d’être heureux parce que le bonheur est partout autour de nous, je vous souhaite de le trouver chaque jour… Bonne et HEUREUSE année  2018 à vous tous !

 

 

Posté par wawaa à 10:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Déblatérations philosophiques sur le bonheur pas que made in Gers…

    On dirait vraiment que le ciel s'est écarté pour te laisser admirer les montagnes...
    Je te souhaite la même chose pour le moral
    et tout plein de bonnes choses et découvertes inattendues

    Posté par giovinetta, 03 janvier 2018 à 18:45 | | Répondre
Nouveau commentaire