La vie en 5G à Gasconh'à table 2016 !

 

"Dans le Gers, il faut voir la vie en Gras !"

 

Gras, Gourmand, Gastronomique, Gascon, Gersois.

Evidemment ! En 5G ! Bien mieux que tous les abonnements internet possibles sur téléphones mobiles,  Gasconh'à table 2016 vous propose, chaque année, un abonnement exceptionnel en 5G, du jamais vu ! Mais il ne s'agit pas là d'ondes wifi, juste de bonnes ondes, il ne s'agit pas de câbles, d'écran, ni de contexte virtuel, nul besoin de satellite pour s'y connecter, il suffit de venir à Samatan, de pousser la porte de la Halle au gras et de se laisser porter par l'ambiance. L'abonnement 5G comprend, le Gersois, le Gascon, le Gourmand, le Gastronomique et le Gras (et bien plus encore ! ). Le Gras parce qu'en Gascogne, la cuisine au "gras" est une institution, une tradition, un incontournable : du foie gras, en passant par le confit, la garbure, les merveilles, le jambon de porc noir, les pastis et croustades et compagnie, tout est bon pour y mettre ce gras, ce délicieux gras dont les marchés portent le nom.  Vous savez, ce délicieux gras, graisse d'oie ou  graisse de canard dans laquelle on peut aussi faire rissoler les pommes de terre et qui régale bien des papilles avec ce petit goût si particulier et si délicieux qu'il donne aux aliments. Bref, le Gers sans le Gras, c'est un peu comme la forêt noire sans cerise, l'œuf sans jaune, la meringue sans sucre, une croustade sans Armagnac, une tarte tatin cuite à l'endroit, un velouté de cèpes sans cèpes, ça n'a pas de sens, ça n'a pas ce goût inimitable. Je reprends alors les mots de Philippe Martin, prononcés lors de l'inauguration de samedi matin et qui m'ont beaucoup amusée et je les confirme, "Dans le Gers, il faut voir la vie en gras".  Le ton était donné pour ce week-end consacré à la gastronomie et à la culture gersoise. Et moi, quand il s'agit de gras, bizarrement je me sens immédiatement dans mon élément. D'ailleurs beaucoup disent que le gras, c'est la vie.

Stop ! Je cesse donc de déblatérer grassement sur le gras et je quitte le samedi temporairement pour commencer par le commencent de cette belle aventure Gasconh'à table 2016 vécue en direct de l'événement.

 

Une installation pleine d'émotions !

Je suis arrivée en compagnie de l'homme de ma vie le vendredi après-midi en plein feu ! Les bénévoles étaient sur le pied de guerre, les co-présidents aussi et ça allait et venait de partout sous la halle. Une véritable fourmilière à laquelle se mêlaient bon nombre d'exposants affairés à installer leurs produits sur les étals. Et déjà, les produits exhibés donnaient plutôt l'eau à la bouche. Il fallait se concentrer pour ne pas aller déjà les voir et quémander quelques dégustations - oui, là où il y a des dégustations, je vais. J'étais très heureuse de retrouver cette ambiance et Mathieu, qui a essayé de me faire croire que c'était annulé - ah ah je l'ai même pas cru d'abord !- ainsi que mon adorable Sophie qui m'avait accueillie si chaleureusement l'an dernier. Elle a fait de même cette année. En fait ici tout le monde t'accueille comme si tu faisais partie de la famille et ça c'est toujours très agréable.

Une fois mes grilles d'expositions arrivées, j'ai copieusement exploité mon mari. Bon, ça c'est habituel, je crois que depuis le temps il s'y est fait et pire il continue de s'exécuter. Il a très bien assumé son rôle d'assistant, comme d'habitude et puis sans lui, je serais certainement perdue. Nous avons méticuleusement accroché chaque cadre, disposé quelques autres cadres et quelques cartes postales sur la tables et mes fameux flyers.

DSCN9698

Nous avions rendez-vous un peu plus tard pour installer le diaporama du soir-même. En attendant, nous en avons profité pour faire un tour dans Samatan.  Le soleil allait se coucher et je suis friande de la lumière qui se répand à ce moment-là. Autant vous dire que la lumière que je chérie tant était là, sur le haut de cette magnifique fontaine - qui en fait est un abreuvoir, je le précise sinon je vais encore me faire rouscailler - et sur le clocher, et sur les nuages et sur la halle centrale, etc. J'étais donc ravie d'avoir pu revoir le cœur du village et ses monuments phares.

DSCN9581

DSCN9585

 

 

DSCN9608

 

 

L'heure de l'installation du diaporama a sonné. Et là, ce fut le double drame tragique. Nous n'arrivions pas, à 6 mains, à installer l'écran où seraient projetées mes photos. Heureusement, le fameux Jean-Jacques est arrivé et a débloqué avec brio la situation. Premier drame éliminé. Et puis, j'avais complètement oublié de vérifier que mon nouvel ordinateur possédait une prise VGA pour le brancher sur le vidéoprojecteur prêté pour l'occasion. Et pourtant, je le sais, qu'il faut toujours vérifier qu'on a tout ce qu'il faut pour brancher les câbles ! Heureusement, après bien des questionnements, des retournements de cervelles, une tentative de trouver un câble hybride VGA/HDMI, la pétillante Mélanie a trouvé une solution. J'allais donc pouvoir diffuser comme prévu les photos du Gers que j'avais sélectionnées pour l'occasion. Que d'émotions !

 

Un repas gascon extraordinaire

Vous savez, j'hésite énormément à vous parler du repas qui a suivi. Je ne sais pas, je n'ose pas. J'ai peur que cela vous donne, à vous qui n'êtes pas venus, bien trop l'eau à la bouche ou bien trop de regrets. Et en même temps, je me dis que cela vous convaincra sans doute, d'y participer l'année prochaine ! Très sincèrement, j'avais été épatée par le repas de l'an dernier, hé bien, ce fut pareil cette année avec du bonus.

Ce fut l'un des meilleurs repas que j'ai eu mangés dans le Gers. Je sens que vous êtes déjà intrigués et que vous salivez d'avance. L'entrée, élaborée par Olivier Andrieu, chef à la Table d'Olivier, à Samatan, mélangeait de jolies saveurs : du foie gras poêlé, une chantilly au jambon et un fabuleux crémeux de courge que nous n'oublierons jamais. Succulent. On entendait le cliquetis des cuillères sur le fond des assiettes, des "C'est excellent !",  des "hummmmm", " Ho la la c'est trop bon !", on espérait en avoir encore un peu, beaucoup, passionnément, même s'il fallait se garder pour la suite. On voyait les yeux pétiller à l'idée d'être resservi. Et on a eu le droit à un supplément de crémeux de courge. Voilà, ça a commencé fort en sensation.

 

FSCN9693

FSCN9695

Je ne sais pas s'il est décent de vous en dire plus et de vous laisser ainsi, avec ces images culinaires. Mais sachez que le plat de résistance a apporté le même bonheur aux gens. C'était du magret farci au foie gras, avec une sauce au floc à tomber de la chaise en s'exclamant en bon gascon "Hilh de puta, qu'ei bon !". La tranche de fromage mixte brebis-vache, fut une découverte étonnante et le dessert, mais alors le dessert ! Un gâteau à base de pruneaux, de raisins secs, d'amandes et noisettes. Je n'aime pas les pruneaux. Mon mari n'aime pas les raisins secs. Nous étions donc sceptiques. Et embêtés de devoir laisser un dessert stagner dans notre assiette. Nous les avons dévorés ! Il ne faut pas se mentir, le repas a été un régal du début à la fin, de l'entrée au dessert. La soirée a été animée entre autre par les Mâles au chœur que j'avais découverts ici-même l'an dernier, que j'avais revus à Rodez, il y a quelques semaines et que je re-redécouvrais avec autant de plaisir.

 

DSCN9674

 

Des rencontres et des échanges

Si Gasconh'à table est un salon gastronomique où l'on peut se nourrir de bien bonnes choses, il n'est pas qu'un salon dédié aux papilles c'est aussi un salon qui donne l'occasion de faire de multiples rencontres. Comme l'an dernier, je me suis enrichie : non pas financièrement mais humainement. Et ce d'abord avec les bénévoles qui ne cachent pas leur enthousiasme et qui s'activent quasiment 24h sur 24 pour que tout roule, que tout roule pour le salon mais aussi pour tous les exposants !

J'ai aussi fait la rencontre de ma voisine de stand, Magali. C'est une nana pleine de pep's, de sympathie et d'humour, qui a de l'or au bout des doigts et dans la cervelle : elle fabrique de très jolis objets en pâte fimo. Des animaux, des petites boîtes, des marque-pages, des bijoux, des portes-photos… bref, on passerait des heures à admirer son étal et on lui achèterait absolument tout.  Si vous avez envie de découvrir ses activités, n'hésitez pas à visiter son site (http://fimomagnia.canalblog.com/) et sa page facebook. Nous ne nous sommes pas ennuyés, partageant nos expériences, nos blagues, et notre bonne humeur ! Mon mari confirmera que c'était bien animé quand même, pendant les périodes calmes !   J'envisage d'aller un de ces 4 faire un reportage lors de l'un des ateliers qu'elle mène pour faire découvrir son activité.

DSCN0102DSCN0105

J'ai également adoré mes passionnantes conversations linguistiques, historiques et gasconnes avec mes autres voisins de stand : Savès en Gaconha ! L'association qui met en valeur la Gascogne et sa riche culture.  Hé oui, nous avons parlé de la langue, des langues, de croustade, de pastis, de tourtière et compagnie ! Bref, de grands moments de partage !

Evidemment, j'ai rencontré des dizaines de personnes sympathiques: des gens qui me suivent sur le blog, déjà venus l'an dernier, qui reviennent au salon et n'oublient pas de passer me faire un petit "coucou" amical, qui m'envoient quelques compliment à m'en faire péter l'égo, des gens qui découvrent mes activités, qui partagent avec moi leur passion de la photo ou du Gers, ceux qui viennent papoter… tellement, tellement, tellement d'échange !

Et je n'oublie pas une rencontre très amusante avec ce sympathique couple qui vit à quelques kilomètres à peine de chez mes parents. Nous avons partagé un plat de garbure à table, et nous en avons profité pour discuter. Nous avions l'impression de nous connaître. Nos visages respectifs ne nous étaient pas inconnus. Et pourtant ? Impossible de savoir comment nous nous serions connus avant ! Sans doute nous sommes nous croisés, un jour, ici ou  là, eux passent en vélo régulièrement devant chez mes parents et font "siffler le dindon" de la basse-cour. Ces gentils gersois d'adoption sont passés sur mon stand. J'ai adoré l'analyse qu'a proposée Sandrine de mes photos : elle y voyait des émotions, des sourires, de la timidité, elle leur donnait vie à sa façon ! Je me suis dit que le hasard faisait bien les choses et que j'avais bien fait d'aller m'asseoir pas trop loin de ces deux personnes chaleureuses.

Des étals appétissants et variés !

Bien sûr, le côté gourmand ne m'a pas échappé ! D'ailleurs, je crois déjà vous parler beaucoup de gastronomie ! Je vais continuer.  Il y avait de quoi sustenter bien des appétits.  Viticulteurs, brasseur, producteurs de foie gras,charcutiers, producteur d'huile bio, fromagers, apiculteur, producteur d'ail, pâtissiers…  mettaient l'eau à la bouche avec leurs produits.

 

 

DSCN0291DSCN0292

DSCN0296DSCN0297

 

DSCN0288DSCN0302

 

 

 

 

S'y mêlaient quelques exposants variés proposant de la vaisselle, des bibelots, des jeux, des cosmétiques, des décorations de jardin… c'était joli, à voir tous ces stands et tout ce savoir-faire gascon !

 

DSCN0289DSCN9896

 

 

De la cuisine pour les grands et les petits !

Qui dit gastronomie dit cuisine. Et donc, lors du salon, vous pouvez assister à des démonstrations proposées par des grands chefs,  à des concours de cuisine et de sommellerie et voir passer bien des assiettes attirantes !

 

DSCN0255

DSCN9757

 

 

DSCN9842

J'avoue avoir été charmée par l'atelier pâtisserie pour les enfants qui ont confectionné un magnifique train avec des gâteaux réalisés sur place et toute une ribambelle de biscuit.

 

DSCN0286

DSCN0293

 

 

 

Sans oublier les dançaires gascons !

Dimanche matin vers  11h00 Denis et moi étions aux premières loges. Ils étaient là, les danseurs, vêtus de leurs beaux costumes colorés. Ils ont, avec leurs pas précis et leur grâce, donné un spectacle fabuleux, si bien que ça donnait envie de danser avec  eux ! J'ai, comme l'an dernier, aimé voir les robes voler et virevolter et j'ai adoré les coiffes des unes et des autres, des pièces de linge magnifiques.

DSCN0001

 

DSCN0086

DSCN0101

 

DSCN0052

Et pour couronner le tout : ils ont invité les spectateurs à faire deux danses avec eux. Je me suis donc incrustée dans la ronde, accueillie adorablement et guidée pas à pas pour éviter les faux pas ! Quel moment inoubliable fait de petites rencontres éphémères lorsque que la danse vous fait changer de temps en temps de partenaires. Une main qui se tend vers vous, qui vous fait tourbillonner, une voix qui vous rassure, un petit sourire…

 

 

Je résume : au Salon Gasconh'à table t'en prend plein les yeux, plein le cœur, plein les papilles et t'es fichtrement bien dans ton assiette ! Vivement l'édition 2017.

 

 


 

Tu veux en voir davantage ? Viens fouiner dans l'album Gasconh'à table 2017 en cliquant sur la photo ci-dessous !

 

FSCN9693

Posté par wawaa à 07:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur La vie en 5G à Gasconh'à table 2016 !

    Alors, tout ce qui est viande, foie gras et compagnie, tu te doutes bien que c'est pas mon trip, en revanche, je suis fan des poules en pâte fimo ! ^^ (j'adore les cocottes décoratives ). Très bel article en tout cas, on sent que tu as vraiment apprécié l'événement.

    Posté par Nanie, 05 décembre 2016 à 09:51 | | Répondre
  • Tres bel article et toujours de superbes photos!
    Merci

    Posté par Nad, 05 décembre 2016 à 20:46 | | Répondre
Nouveau commentaire