L'équation simple du bonheur.

Je ne suis qu'une vile manipulatrice quand il s'agit de mon Gers bien aimé. Une vile calculatrice qui fait des plans derrière le dos de son mari et le met, comme ça,  sur le fait accompli, alors qu'il rentre du boulot éreinté. Oh, il a l'habitude et s'en accommode bien depuis le temps, je suis même maintenant devenue affreusement prévisible, à mon grand regret, car j'aime toujours créer des effets de surprises, et à la longue mes arguments s'essoufflent et il devine très vite mes intentions. Mais monsieur joue toujours le jeu avec amusement. Il doit donc beaucoup, vraiment beaucoup m'aimer pour supporter tout cela ! Donc je suis une vile manipulatrice quand il s'agit du Gers. Je réfléchis, je cherche la solution qui fera qu'on pourra s'arrêter à l'un de mes endroits de prédilection en passant. Je calcule longuement ou rapidement, selon. Et puis je mets en œuvre mon fourbe dessein sur cet homme fabuleux qui partage ma vie et qui n'émet que très rarement de résistance. Soit c'est moi qui suis douée, soit il ne peut rien me refuser, soit il aime aussi le Gers, soit ce n'est pas si fourbe que ça, et je suis une bisounours de la manipulation !

Bref, c'était le 15 juillet 2016. Nous devions ENFIN revenir dans le Gers. J'étais dans un état de manque terrible. Avec des palpitations, des sueurs froides, des nausées, des insomnies. Calmer cette soif de Gers était prioritaire. Alors, j'ai fomenté un coup extraordinaire grâce à une arme absolu face à mon super époux : la bouffe !

"CHOUPINEEEETTTT D'AMOUR ?, sur un ton qui sentait juste à peine  le coup fourré

-Oui ????

-T'as vu comme il fait beau ????

-Oui ????, se doutant d'un truc.

-Et si on pique-niquait à Sauveterre ce soir en allant dans le Gers et comme ça on profite du coucher de soleil. Il va faire super beau, y'a des tables là-bas, avec des bancs. Et y'aura sûrement les Pyrénées en arrière-plan. Oh, vraiment ça serait vachement cool.

-Pourquoi pas !

-Je suis sûre que y'aura plein d'oiseaux ! (ndrl : choupinet adore les oiseaux, la preuve sur son blog, Niddecuicuis, j'use souvent de cet argument imparable)

- Oui, d'accord !

A ces mots, je ne me sentai pas de joie ! J'ouvris un large bec et laissai exploser ma joie ! Et nous partîmes 2 … avec un prompt renfort de vivres et nous arrivâmes vers 20h15 sur les lieux du pique-nique. Nous avons d'abord dévoré nos victuailles avant de profiter des lieux.

L'air était doux et tiède, la lumière tantôt tendre, tantôt percutante. Le soleil commençait doucement sa plongée dans l'Atlantique. Je sais que le soleil ne plonge pas dans l'Atlantique. Mais j'aime beaucoup imaginer que c'est le cas. Qu'en fin de journée, il descend progressivement et se jette doucement à l'eau, doucement parce qu'elle est froide, et qu'il lui faut s'habituer, decrescendo, le temps de s'éteindre lentement, puis disparaître au fond de l'océan jusqu'à ce qu'un autre soleil le remplace le lendemain matin, surgissant des Alpes, comme une grosse boule de lave dans le ciel que l'on finit par apercevoir dans le ciel gersois. Mais je sais que tout ça n'est que le fruit de mon imagination, que Galilée m'en voudrait, et je sais aussi qu'on ne peut pas décrocher la Lune non plus. Bref, 20h30 et la campagne resplendissait comme jamais et ç'aurait été insultant pour elle de ne pas prendre le temps de la contempler ! Les Pyrénées se laissaient apercevoir. J'étais bien heureuse à parcourir du regard les creux, les vallons jusqu'aux hautes cimes montagnardes!

DSCN6942

DSCN6944

 

DSCN6948

 

J'ai quitté un moment du regard l'horizon. Il faut parfois arrêter de voir les choses trop en grand. Le macrocosme a ses charmes, mais le microcosme est un univers tout aussi trépidant. Ici pousse de la lavande, tant bleue, tantôt mauve selon le rayon de lumière...et à l'intérieur se nichent des dizaines de petits escargots. Les spirales se détachent des taches bleues  ou verte... Je les ai bien aimé mes petits escargots. Je les cherchais avec avidité, en plissant un peu les yeux, en furetant ici ou là ! Ils étaient jolis mes petits escargots !

DSCN6946

 

DSCN6950

 

DSCN6951

DSCN6952

DSCN6953

 

Le problème c'est qu'ici tout est beau. Tout se laisse observer, admirer, contempler, adorer. Une fois ma passion de ces hélicoïdes un peu moins vivace, je suis revenue sur les Pyrénées.  J'aime tellement cet endroit que je vais me répéter, encore et encore. Au même nombre de fois que d'articles postés sur ce point de vue de Sauveterre. Je ne me lasse pas de ce paysage. Comment pourrais-je ? Comment oserais-je ? Comment puisse-je y penser même un centième de seconde ? C'est magique ici. Tu t'assoies ou tu flânes. Tu vas, tu viens, tu grimpes un peu, tu redescends, tu t'appuies sur la table d'orientation, tu attends, tu cherches quelle cime on voit le mieux aujourd'hui, t'essaies de reconnaître les villages dont tu aperçois les clochers, tu comptes les ballots de paille dans les champs, tu respires. Et tu te sens humble face aux éléments. Cette humilité là c'est un peu une drogue, elle te remet à ta place, elle te fait te sentir bien, elle t'accueille en tant qu'Homme. Elle te dit "regarde comme c'est beau !". Regarde et arrête de faire des conneries pour ne pas perdre le droit de goûter encore et encore à ce moment grandiose d'humilité. 

DSCN6957

DSCN6963

A ma gauche le soleil se couchait de plus en plus. J'ai crapahuté sur la petite colline. Les fleurs, les plantes, les arbres, les brindilles, tout était enrubanné de soleil. Mon visage aussi. J'avais l'impression de prendre une dose de vitamine D. J'avais l'impression que le soleil m'enveloppait de tendresse. C'était exquis !

DSCN6971

DSCN6972

DSCN6973

DSCN6974

 

DSCN6975

DSCN6976

DSCN6985

DSCN6986

 

Le jour a décliné, petit à petit, laissant un voile coloré autour des montagnes. Laissant la campagne s'endormir progressivement. Que pouvais-je faire d'autre que sourire, moi qui avait une nouvelle fois le bonheur de vivre ça ?

DSCN6988

 

 

DSCN6990

DSCN7002

DSCN7005

DSCN7009

 

Je l'ai imaginé, le soleil, je l'ai imaginé entrant avec précaution dans l'eau salée du grand océan qu'on ne voit pas d'ici. J'ai imaginé d'abord le bruit de l'eau frémissant au contact de sa chaleur torride. Kshhhhiii, comme la côte de porc sur le grill du barbecue, Kshhhhhiiii. Puis la disparition de l'astre grignoté par les eaux froides. Oui, je sais, ça aurait fait fondre la banquise, ça aurait fait monter le niveau de la mer et englouti le Gers, ça aurait même cramé toute la planète... oh ça va hein, on dit que ça fait pas tout ça , ok ? Et pis laissez-moi dans mes loufoqueries, heu ! ! 

DSCN7010

 

DSCN7011

 

DSCN7015

La lune a pris sa place dans le bleu-nuit. Ici, même les lampadaires ont un sérieux penchant pour le Gers...ô combien je les comprends ! Il fallait repartir, la nuit allait éteintre le soleil, éteindre le ciel, ne resterait plus que les étoiles, et les loupiottes disséminées ici ou là dans la campagne. J'avais envie de dire "Génial ! Demain, on recommence !". Mais demain était un autre jour, avec d'autres découvertes dans le Gers. Demain allait recommencer ailleurs. La beauté du Gers allait recommencer !

DSCN7026

 

DSCN7033

 

DSCN7034

Maintenant que j'ai défié les lois de la physique, l'astronomie avec mes ânerie il est temps que je m'attarde sur les lois mathémathiques. J'ai appris des équations bien tordues, notamment en Terminale S (oui, oui, j'ai un bac S), et aussi quand j'ai tenté de faire des maths à la fac... Il y avait des x, des y, des signes variés, des parenthèses, et c'était parfois complètement tarabiscoté. De ce fait, en grande mathématicienne du Gers, je décide de déposer une formule grandiose, une simple, une vraie, une indéniable et que je vien :

 

Gers + Pique-nique + Sauveterre + Coucher de soleil = BONHEUR !

 

CQFD ! et puis c'est tout !


Commentaires sur L'équation simple du bonheur.

    Il faut croire que tu lui prépares un bon panier de pique-nique...
    Et de beaux contes comme pour nous

    il faut en profiter, de ces couchers de soleil, les journées sont trop chauds (sauf aujourd'hui, à Toulouse) et il se couche vraiment de plus en plus tôt !

    Bonne rentrée et merci pour le lien vers le blog de ton ami des oiseaux

    Posté par giovinetta, 29 août 2016 à 11:59 | | Répondre
Nouveau commentaire