MERCI pour ces moments !

Je suis persuadée que l'ex-première dame ne m'en voudra pas un poil d'avoir osé utiliser le titre de son best-seller - un titre, légèrement modifié- pour intituler l'article que je suis en train d'écrire et que vous vous apprêtez à lire. Je n'ai pas lu ce livre qui a défrayé la chronique et dont les médias ont fait la publicité pendant des jours et des jours au moment de sa sortie, comme si c'était l'information du siècle. Je ne l'ai pas lu, non, mais j'en plagie un peu le titre mais à ma façon car je sais que vous savez que mon écrit n'aura absolument rien à voir : pas de règlement de compte, pas de drame amoureux, pas de battage médiatique. Pas d'histoire de scooter non plus, bien que flâner dans le Gers en scooter doit avoir son charme… Non ici, on est entre nous, hein, on est tranquilles, on polémique pas - sauf pour la croustade, le pastis et la tourtière, seul débat acharné autorisé sur blog gersois pacifique -, on est pas là pour se prendre le chou, on est pas là pour ça. Ici on est là pour dire qu'on aime le Gers, un point c'est tout (du coup si t'aimes pas le Gers, passe ton chemin, tu risques l'écœurement ou de changer d'avis, qui sait ? ).

Non moi je voulais vous dire "Merci pour ces moments!". Et notamment ces moments que je viens de passer dans le Gers avec mon nouveau précieux bien accroché autour du cou. Grâce à 14 généreux mécènes et de nombreuses personnes ayant communiqué autour de mon projet de financement du nouvel appareil photo numérique de Gersicotti Gersicotta, je peux continuer sereinement et joyeusement à prendre mon cher Gers en photo… c'est un cadeau inestimable que vous m'avez fait et mes activités ont maintenant une encore plus belle saveur !

DSCN1128

Cet appareil photo représente le soutien que vous m'apportez, vos encouragements, et me donne envie de faire bien mieux, de toujours progresser et de vous offrir des photos encore plus jolies, encore plus travaillées, encore plus réfléchies, encore plus artistiques. Bien sûr, loin de moi toute pointe de vanité ou d'immodestie, je sais que j'ai encore un long chemin à faire pour arriver à vous proposer des photos parfaites, mais vous m'avez permis de continuer sur ce chemin, vous en avez enlevé quelques ronces qui avaient poussé ces derniers temps. Et donc, je n'ai plus qu'à ! Je n'ai plus qu'à apprivoiser mon nouveau précieux qui est dans la lignée du précédent. J'ai choisi, comme prévu, un Nikon P900. Je vous fais grâce de tous les détails techniques : d'une part parce que je ne maîtrise vraiment pas le vocabulaire photographique, et je ne saurais l'utiliser correctement dans une phrase sans risquer des contre-sens, et d'autre part parce que des sites spécialisés le font bien mieux que moi ! J'ai demandé conseils à des connaisseurs, expliquant ma manière de prendre des photos et bien que ce ne soit pas la taille qui compte, j'ai été séduite par son gros objectif…

DSCN8961

Bref, il est beau, un peu lourd - à moi les gros biscottos ! - et il me satisfait déjà depuis plus d'une semaine. Après un départ un peu chaotique fait de photos tests pour intégrer les fonctionnalités, et m'habituer aux réglages, et fait de loupés, je commence à maitriser un tant soit peu le gros engin. Et avec lui j'ai la douce impression que je vais davantage pouvoir vous montrer la beauté du Gers. Avec lui, je sens que le plaisir sera à son comble. Je sens qu'il va me permettre de décrocher la lune… Une lune qui était pleine et bien brillante jeudi soir. J'étais attablée avec mon amie Sylvie au repas du marché à la ferme des Caprices de la Ferme de Saint-Germé : non seulement de nous enthousiasmer les papilles avec un repas fabuleux, nous profitions d'un concert du talentueux Lionel Borowicz. Et la pleine lune s'est invitée aux festivités. Sincèrement, je ne pensais pas la voir, le ciel était couvert et présageait plutôt une nuit noire. Mais le vent venu de l'océan a peu à peu écartelé la masse nuageuse autour du satellite. Le voile de brume donnait à l'astre une sensation de flou, tout comme le halo de lumière qui l'entourait vers minuit. La lune avait ce côté mystérieux qui peut parfois venir troubler notre sommeil.

DSCN1047

DSCN1051

DSCN1057

DSCN1061

Le lendemain, j'ai joué les infidèles. Ô pardonnez-moi, j'ai parfois le cœur volage parce qu'il est rempli d'amour et d'admiration pour tout ce qui m'entoure. J'ai quand même quelques excuses que je considère valable : je n'étais pas très loin des frontières du Gers, mais en plus j'étais encore en Gascogne. Et puis mon amie Sylvie avait envie de me faire découvrir un lac qu'elle aime particulièrement, tout comme j'aime mon fameux lac de l'Astarac. Nous sommes parties au lac du Brousseau, à quelques kilomètres à peine d'Aire-sur-Adour (voyez, ce n'était qu'un léger débordement ! ). Et pendant une bonne heure, j'ai trompé le Gers avec les Landes… Mais cela m'a permis de m'entraîner comme il se doit à la photographie ornithologique avant de retrouver les oiseaux du lac de l'Astarac. Ainsi nous avons croisés de nombreux hérons… un héron cendré, un bihoreau et quelques aigrettes blanches et garzette.

DSCN1078

DSCN1093

Ce moment avec mon amie gersoise fut un régal tant nous avons ri et partagé en chemin au soleil du matin, à s'oxygéner entre les arbres, à s'évader au chant des oiseaux… Je la remercie pour cette jolie découverte, et je ne regrette pas mon adultère touristique ! Et puis, j'ai quitté mon amie, toujours avec un peu le cœur gros. Je suis repartie au cœur de mon adoré Gers. Je me suis retrouvée sur les hauteurs de Monlézun pour m'adonner à la photo de paysage. Les Pyrénées se montraient légèrement… c'est qu'elles sont parfois timides face aux nouveaux appareils photo !

DSCN1111

DSCN1123

DSCN1141

 

Et puis, juste après Tillac, j'ai trouvé, un magnifique champ de  tournesol. Je me suis garée à l'ombre, le long d'un champ de maïs. Et j'ai longé le champ solaire avec délectation. Cette année, j'ai une sacrée lubie  des tournesols… d'ailleurs j'ai encore quelques articles en préparation sur le sujet (c'est dire ! ). Et j'étais sacrément heureuse d'en trouver des encore bien frais passé la mi-août ! Ils sont plus rares qu'en juillet et donc bien plus précieux. J'ai mis de côté ma phobie des insectes. Ça bourdonnait autour de moi de manière incessante. Mon cœur accélérait sa cadence. Et j'ai pris sur moi… surtout quand l'espèce de gros bourdon noir (énooorme bestiole d'au moins 3 cm ! ) est venu tournoyer à proximité de mon visage… J'ai respiré, et je ne me suis pas enfui, je le savais inoffensif et je me suis concentrée sur les tournesols… C'était magique, ce jaune, ce jaune doux, intense, brillant parsemé de vert, et ces millions de pétales au vent ! J'ai kiffé grave ouais ! GRAVE !

DSCN1150

DSCN1167

DSCN1175

DSCN1191

FSCN1193

 

 

Et puis j'en ai trouvé d'autres près de Moncorneil Grazan dans l'après-midi… une pause s'est aussi imposée ici, près de cette vague lumineuse, à l'entrée du village.

DSCN1202

DSCN1209

DSCN1217

DSCN1223

 

FSCN1326

DSCN1225

 

RSCN1325

Il n'y avait pas que les tournesols pour me charmer ! J'ai pris le temps d'observer le clocher au-dessus duquel les avions avaient laissé une trace de leur passage…

DSCN1236

DSCN1237

Je suis arrivée à Castelnau-Barbarens en admirant le ciel ! Au-dessus du village, une sorte de dentelle nuageuse s'était formée.

DSCN1248

DSCN1250

Puis j'ai tournicotté dans la campagne environnante, ayant envie de faire un peu d'art-gris-culture… les champs s'étendaient à perte de vue, je sillonnais les petites routes comme j'aime tant le faire, un butinant, ici ou là, quelques bouts de paysage…

DSCN1263

DSCN1271

J'ai repris ma route, et j'ai enfin décidé d'aller voir cette église sur son promontoire, face au village de Blanquefort. Je suis passée des tas de fois sur cette grande route en tournant la tête et en la trouvant jolie, n'ayant jamais le temps ou l'énergie d'y faire une pause. Mais là, le ciel était si beau, que c'était le Moment d'y aller, le moment d'aller voir ça de plus près, le moment d'aller la photographier.

FSCN1327

Et puis, moments gersois terminés. Il fallait rentrer à Rodez. J'avais passé 24h superbes dans le Gers ! Alors il me fallait vous dire MERCI, merci pour ces moments. Mille mercis même… que j'ai pris soin de vous écrire à la main, un soir, parce que c'était amusant, et mille mercis, ce n'est même pas suffisant  pour exprimer toute ma reconnaissance ! Bref, 1000X32 mercis et bien plus encore de m'avoir permis de faire perdurer ces merveilleux moments !

FSCN1195

DSCN1132

 

Posté par wawaa à 12:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur MERCI pour ces moments !

  • Ce n'est pas la qualité technique des photos qui compte c'est la sensibilité du photographe. ....

    Posté par Pascal, 21 août 2016 à 13:43 | | Répondre
    • Certes, mais il faut quand même un petit peu de technique quand même pour faire mieux les choses ! :p

      Posté par wawaa, 21 août 2016 à 20:19 | | Répondre
  • Quelle astuce pour rmrcier !

    Je ne m'entends guère à la technique et ces objectifs sont du chinois pour moi,
    mais j'apprécie tes photos; les oiseaux sont superbes et il me semble que rien ne remplace cependant l'oeil du photographe

    Posté par Giovinetta, 21 août 2016 à 14:50 | | Répondre
    • J'admets que la façon dont on regarde les choses est primordiale et mon oeil évolue au fil du temps mais, y ajouter un peu de technique, ça ne fait pas de mal !

      Posté par wawaa, 21 août 2016 à 20:56 | | Répondre
Nouveau commentaire