Perdre la notion du temps entre Fleurance et Sainte-Radegonde...

Deux choix s'offraient à moi à 13h30. Ou plutôt deux envies. Soit redécouvrir la collégiale fascinante de La Romieu, gravir les marches de chacune de ses tours, voir le village et le Gers de haut, admirer la campagne d'un point de vue exceptionnel, soit faire une petite randonnée facile de 6 kilomètres à peine, me "paumer" dans la nature, m'offrir un face à face plus terre à terre avec le Gers pour lui redéclarer, les yeux contemplatifs, à lui et ses paysages, ma flamme perenne. Un choix bigrement cornélien donc, car quoique je prisse comme décision, ç'eût été un bon moment. Si j'avais eu le temps, j'aurais fait les deux. Je me connais, j'aurais pris beaucoup de temps à La Romieu et je n'aurais plus eu assez de temps pour la balade et inversement. Du coup, oui j'aurais pu faire les deux, mais vite, sans en profiter. Et ici, rien ne presse, il faut savoir prendre le temps. Et comme je savais que j'aurais d'autres occasions pour l'un ou pour l'autre, inutile de perdre du temps en tergiversations avec moi-même : j'ai écouté mon instinct ! Quelque chose me disait que j'allais en prendre plein les yeux près de Fleurance et l'envie de voir un endroit inconnu a été prépondérante. 

"Ne réfléchis plus et va !" 

Alors j'allai. Et après un détour improvisé dans un petit village du coin par curiosité, j'ai pris la direction de l'église de Lagarde, petit hameau charmant relié à Fleurance. Il était  15h00 (vous comprendrez que le temps s'est distordu lorsque j'ai eu envie d'aller contempler un village inconnu chemin faisant entre 13h30 et 15h00 ...). 6 km, ok. 1h30 ... A 16h30 je serais à la voiture, pour peut-être d'autres escapades gersoises ?

DSCN9990

 

Rions ensemble s'il vous plait ! Ah ah ah ah ! J'ai retrouvé la voiture vers 18h30 ... donc 3h30 plus tard. Oui, vous pouvez rire, mais la balade a été tellement agréable que je n'ai pas pu faire autrement que de la faire durer. Et on ne peut pas dire que j'eusse perdu du temps en route, non... en fait, c'est la notion du temps que j'y ai égarée au fil de mes pas, comme plongée dans un autre monde, dans un moment extraordinaire.

Mais revenons à 15h00. J'ouvre le coffre de la voiture, j'enfile mon sac à dos contenant de l'eau et des biscuits au chocolat et à la noix de coco, je fais un tour autour du clocher puis je laisse derrière moi l'église aux accents rougeoyants. Il fait beau, l'air est doux, mais pas trop chaud, les oiseaux chantent, la sérénité m'envahit. Je profite.

DSCN9991

 

Je traverse ce qui me semble être un vignoble, où j'ai loupé toutes les photos, je vous épargne donc de ces dernières et passé le château d'eau, j'ai la joie de m'engouffrer sur une superbe route sinueuse, j'entre comme dans un écrin de verdure, tu vois ? J'ai l'impression de prendre de l'oxygène à plein poumon ! Je débouche ensuite au milieu des prairies et des champs... je n'ai qu'un mot, c'était MAGNIFIQUE !

DSCN9998

DSCN0001

 

Je crois que j'avais déjà commencé à perdre la notion du temps et la notion de l'effort sportif. Oui parce que randonner, ça veut dire marcher de façon rythmée sans trop s'arrêter.  Exit le sport, exit le rythme, et bonjour la flânerie. D'abord les arbres, ô combien j'affectionne les arbres ! Puis la campagne, radieuse et lumineuse !

DSCN0003

DSCN9983

DSCN9984

 

De l'horizon je passe au sol, les flaques garnissent le chemin de petits reflets sympathiques, et les premières pâquerettes décorent les recoins herbeux.

DSCN9987

 

DSCN9993

 

 

Tous les chemins sont ensoleillés. Tout brille. Tout scintille. Tout est beau. Tout me plait. Me voilà en liesse. Me voilà "paumée". Au milieu de tout et de rien, perdue au fond du Gers. J'aime tellement être paumée ici !

DSCN9994

 

Après un arbre délicieux à regarder, je bifurque sur la droite, sur un long chemin de terre difforme bien ensoleillé !  La chaleur de l'astre solaire caresse mes cheveux et mon dos, j'en profite allègrement et parfois je me tourne pour que mes joues et mes avant-bras en profitent aussi et se délectent d'une douce dose de vitamine D. 

DSCN9997

DSCN0001

 

Voilà, le temps, à ce moment-là, je m'en fiche. Je profite de chaque moment. Je retrouve l'arbre contourné un peu avant. D'autres arbres et la campagne. Tout se succède avec charme. Je picore ce que je vois, je goûte à tous les paysages.

DSCN0004

DSCN9984

DSCN9987

 

Et puis l'incroyable rencontre. J'entendais un chant, un chant d'oiseau très agréable. Je l'ai cherché et puis j'ai vu, sur la cime d'un buisson, une petite tâche orangée. Je ne savais pas ce que c'était avant de faire des recherches. Un tarrier des prés juvénile, qui m'a fait le plaisir de me montrer ses meilleurs profils !!!

DSCN9988

DSCN9989

 

DSCN9991

 

J'ai continué mon chemin, écoutant mon nouvel ami continuer son chant, admirant dans un champ quelques bout de bois tenant les vignes.

DSCN9992

DSCN9993

 

 

Je suis arrivée jusqu'à une petite croix en plein soleil. Petite pause réhydratation. Il était 16h00 ! J'ai encore profité des paysages, des fleurs, des arbres, avant d'arriver au petit village de Sainte-Radegonde, à la recherche d'un banc pour me poser un moment. Après tout, je ne marchais pas vite, j'étais peut-être un peu fatiguée, j'avais déjà marché 2h00 le matin dans Lectoure, sans doute, mon corps avait-il besoin de reprendre quelques forces. 

DSCN9997

 

DSCN0001

DSCN9983

 

Dans ce petit village tout discret, j'ai trouvé une croix blanche et une superbe petite église. Et un banc ! Un banc salvateur ! Je n'étais pas épuisée, mais j'avais vraiment envie de m'asseoir un peu. J'ai trouvé ledit banc près de ce qui me semblait être la salle des fêtes. Je m'y suis assise. J'ai bu de l'eau. J'ai mangé un biscuit, et... j'ai penché la tête en arrière pour me gorger de soleil. Et j'ai somnolé... La petite sieste d'une demi-heure, ça c'était fait ! A 16h45 ... j'étais repartie ! 

DSCN9985

DSCN9986

 

16h45 ? Oups, moi qui devait être un quart d'heure plus tôt à la voiture ! Il me restait la moitié du chemin à faire ! Je me fixais quand même de rejoindre mon véhicule avant le coucher du soleil, c'était tout à fait faisable...heureusement ! Bref, un miroir de route me donnait une drôle d'impression, mais je n'osai pas le toucher, de peur de passer de l'autre côté !

DSCN9987

 A un croisement, j'ai tourné à droite. Dans les fossés remplis d'eau, des petites scènes magiques : le reflet de la végétation offrait un spectacle sympathique. Et quelques coucuts ornaient les routes et les chemins !

DSCN9989

 

DSCN9992

 

Une belle route de crête m'attendait ! Qu'il était bon d'y gambader sereinement ! J'en avais tellement, tellement, tellement besoin ! J'avais vraiment fait le bon choix ( et ce, même si l'autre choix, aurait été bon aussi ! Car dans le Gers, en matière de découverte,redécouverte, promenade, il n'y a QUE des bons choix ! ).

DSCN9993

DSCN9995

 Et encore des arbres, en veux-tu ? En voilà ! Des arbres ici et là, plus ou moins grands, déployés dans l'azur céleste. J'admirais encore et encore et encore et encore, jusqu'à admirer encore plus en prenant un long chemin champêtre sur la droite, la lumière devenait un peu plus éblouissante, le jour commençait à tomber.

DSCN9997

DSCN9998

DSCN9999

 

DSCN0001

DSCN9984

 

Le chemin bien entamé, je découpais un bout de ce que je voyais : du bleu, du vert, du doré. 

DSCN9985

 

J'ai suivi un sentier en bordure de haie paysagère, et me suis retrouvée sur un chemin boueux où il fallait faire attention à ne pas se tordre les chevilles ! Mais je m'en suis sortie, mes chaussures moins !

DSCN9986

DSCN9987

Chut ! C'est là, que j'ai rencontré une nouvelle amie, toute calme et paisible, au milieu d'un champ de colza, probablement en train de se délecter de tendres pousses ! Elle m'a défié du regard un moment, d'un air de dire "Si tu t'approches, je te préviens, je me sauve !". J'ai usé de ma capacité à me figer instantanément, l'appareil photo bien placé. Elle m'a laissé l'admirer puis d'un saut gracieux, s'est enfui dans l'autre champ. Mais elle avait bien compris que je n'avais rien de belliqueux, alors elle s'est installé à peine un peu plus loin pour continuer ses ripailles !

DSCN9989

DSCN9993

DSCN9995

 J'ai laissé l'animal tranquille, car j'avais perdu la notion du temps et il fallait quand même que j'avance, sinon j'allais devoir dormir en pleine nature et autant vous dire que je ne suis pas assez téméraire pour ça ! Un arbre en fleur, la campagne, une vieille bâtisse, voilà de quoi embellir mon avancée.

DSCN0003

DSCN0005

 

Le soleil se couchait peu à peu et je riais de voir mon ombre sur un champ verdoyant. Je n'ai pu m'empêcher de penser "Oh oh oh !" et de dire tout haut "Géant vert !" (je n'ai aucun intérêt à lui faire de la pub, c'est que, cela m'a rappelé des âneries estudiantines d'un autre temps...).

DSCN9984

 

C'était beau, c'était bon, c'était ravissant cette lumière sur la campagne. Une lumière embellisante, une lumière divine presque. J'appréciais d'être là à ce moment là.

DSCN9985

DSCN9986

 

DSCN9987

DSCN9988

DSCN9989

Après bien des observations, j'ai retrouvé la route qui menait à l'église du départ. L'édifice était lui aussi d'un un bain de lumière splendide, alors j'étais heureuse, heureuse d'avoir retardé mon arrivée de 2h00 environ, j'ai pu profiter de ce moment là. 

DSCN9996

 

Bref, c'est bon de perdre la notion du temps. Sans ça, sans doute n'aurai-je pas vu les paysages de cette manière, sans ça, sans doute n'aurai-je pas croisé le petit tarrier des prés, sans doute n'aurai-je pas rencontré mon amie la chevrette et sans doute n'aurai-je pas conclu avec cette jolie lumière vespérale sur la belle pierre de l'église de Lagarde... 

Tu noteras donc cette conclusion comme un proverbe, une maxime, une vérité générale, comme tu veux finalement, mais tu la noteras et tu la retiendras : dans le Gers, on ne perd pas son temps, on perd la notion du temps !

 

Posté par wawaa à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Perdre la notion du temps entre Fleurance et Sainte-Radegonde...

  • Vous auriez dû donner vie aux deux envies. Elles en valent toutes les deux la peine.

    Posté par Eddy, 15 juillet 2016 à 19:52 | | Répondre
Nouveau commentaire