Dernière journée dans le Gers en 2015, comme un cadeau avant l'heure !

Dans chaque embûche se cache son lot de bonheur. Du moins, en ce qui me concerne. Tu vois mon cher lecteur, il n'était absolument pas prévu que je débarquasse dans le Gers le vendredi 18 décembre.  Mais dans mon malheur j'ai trouvé mon bonheur ! Comme je te l'avais déjà précisé, j'ai une nouvelle vie trépidante d'étudiante en linguistique. Sauf que, c'est par correspondance. Si tu n'as pas oublié, moi, j'habite Rodez.  Et parfois, comme je suis une étudiante extrêmement sérieuse - je tousse un peu, tu m'excuseras ?-,  je vais passer une journée ou deux à la bibliothèque pour approfondir  mes recherches et mieux penser, ou penser tout court. Bon enfin bref, comme dirait Pépin. J'avais emprunté des tas de livres  sur la phonologie, la morphologie, les dialectes, le gascon, la polysémie et j'avais grâce à la magie d'internet renouvelé mon prêt pour un mois. Ca me laissait le temps de revenir dans ce paradis du livre et des études qu'est la bibliothèque universitaire. Sauf que, le temps n'étant pas étirable, j'ai voulu renouveler l'emprunt une seconde fois et j'ai découvert que je n'avais pas le droit. Ce qui, me direz-vous avec un ton réprobateur, est tout à fait normal, car je ne suis pas la seule étudiante à avoir besoin de livres sur la phonologie, la morphologie, les dialectes, le gascon et la polysémie.  Et comme un jour de retard équivaut à un jour d'interdiction de prêt, si j'attendais janvier, je me retrouvais avec deux ou trois semaines d'interdiction d'emprunt. C'aurait fait mon grand malheur.  Tu aimes que je te raconte ma vie, hein ? Donc, j'ai décidé, sur un coup de tête de ramener les livres à bon port, presque à temps, avec seulement un petit jour de retard. Et j'ai fait ma petite sauce à moi. J'ai regardé les ingrédients et j'ai ajouté un peu de Gers à l'affaire. Comme j'étais presque arrivée, autant que j'en profitasse pour faire un petit détour par le cœur de la Gascogne et notamment à la tombée de la nuit, à Auch, parce que, milodiou,  je n'allais pas avoir d'autres occasions avant 2016 d'y revenir et d'y voir les illuminations dédiées aux fêtes de fin d'année.

Je suis arrivée à 10h00 à l'université Toulouse Jean Jaurès (qui ne s'appelle plus "Mirail" depuis 2014), trouvant une place du premier coup et juste devant la bibliothèque.  La journée allait être magnifique, car la chance me souriait. A 10h15 je partais pour le Gers en chantonnant ! Je voulais retourner voir Montaut-Les-Créneaux, reprendre quelques photos là-bas, manger au restaurant le Papillon, puis ensuite en fin d'après-midi, rejoindre la capitale.

Quand je suis arrivée sur la route de Montaut sur le coup de 11h10, j'ai cru que le printemps arrivait. La campagne était verdoyante, la température avoisinait rien que les 18 degrés un 18 décembre, je me suis garée, sur le bord de la route, j'ai poussé un soupir de plaisir, je suis sortie de la voiture et l'air doux caressait tendrement mon visage, je fermais les yeux, je les rouvrais, c'était splendide. 

DSCN9921

DSCN9923

 

Je me jetai dans les bras de cette belle campagne et j'allais jusqu'au village le temps d'attendre midi! Oui, car, même si j'avais une faim de loup, et même une faim de cent loups, le restaurant n'allait pas ouvrir tout spécialement pour moi avant midi ! Je suis arrivée au bas du village. Je voulais un point de vue sympathique, je l'ai trouvé à côté des poubelles municipales. Ne riez pas, ça n'a rien de glamour mais si on les oublie et qu'on regarde complètement ailleurs il y a de quoi s'émerveiller. D'ailleurs, je n'avais d'yeux que pour le rétroviseur qui m'offrait une sorte de carte postale.

DSCN9927

 

J'ai laissé la voiture là, pour aller voir tout ça de plus près.  Je suis souvent venue ici, mais j'aime toujours autant. Le village était resplendissant et s'était habillé de quelques sapins de Noël... 

DSCN9928

DSCN9932

 

J'avais vraiment très faim. Mais alors très très faim. Vous voyez ? Quand votre estomac se tord et hurle, que vous vous sentez bien vivant et  affamé de vivre et de vivres ! Je suis repartie vers la voiture laissant derrière moi ma carte postale.

 

DSCN9934

 

Tu penses qu'à 11h35, c'était évidemment pas ouvert, je n'ai même pas osé pousser la porte. Non, je me suis contentée d'appeler pour réserver une table. Tu imagines si jamais ça avait été plein ? J'aurais eu l'air bête ! Et surtout j'aurais eu bigrement faim ! Heureusement pour moi, ce n'était pas loin d'être complet mais pas encore complet. J'étais toujours là trop tôt. J'avais des biscuits dans mon sac, et je me disais que ça pourrait bien m'aider à surmonter l'attente, mais ça serait idiot ! Alors j'ai patienté au milieu des arbres. Le soleil m'embrassait à travers les branches et il s'infiltrait parmi les dizaines troncs serrés presque les uns contre les autres. Les feuilles au sol craquaient sous mon pas lourd. Une pâquerette avait percé la couche d'humus. T'y crois toi ? Le printemps à la fin de l'automne. Au début de l'hiver. Du soleil, comme s'il en pleuvait, comme dirait l'autre. 

DSCN9936

DSCN9937

DSCN9940

 

Après un repas absolument délicieux, tranquille, à une petite table du restaurant Le Papillon, qui est une adresse que je vous recommande fortement, je suis repartie vers Montaut ! La tour-porte me faisait de l'oeil ! Je la traversai doucement. Puis je me glissai dans la rue principal pour revoir l'église et son clocher...

DSCN9941

 

DSCN9944

 

Je m'insinuai dans cette longue rue jusqu'à un banc. Ici à flanc de colline, la vue est envoûtante, je me suis blottie sur ce banc pour me plonger dans le regard de ce paysage que j'aimais passionnément. Un petit chaton tigré m'a rejointe, il sautillait partout, tentait d'attraper les oiseaux, voulait attaquer mes pieds, et il bougeait tellement que je n'ai même pas pu le prendre en photo correctement. Il se frottait à mes jambes, puis fonçait tout à coup vers les branchages. Après un petit moment à contempler j'ai quitté ce tableau pour aller vers le jardin caché après une pause sur un banc au soleil où je me suis laissée allée à une micro-sieste apaisante qui a été dérangée par les facéties du mignon félin qui m'avait suivie jusque là.

DSCN9946

DSCN9947

 

J'ai fini le tour du chemin de ronde pour aller derrière le village, et comme j'étais fatiguée, j'ai pris le temps de me reposer un peu dans la voiture. En attendant la fin du jour. C'était agréable d'être là, au pied du château, avec ce soleil.

DSCN9949

 

J'ai quitté Montaut un peu triste, parce que j'y étais bien, les lieux étaient ressourçants, apaisants, et sans doute je garderai de ce nouveau passage à Montaut, un souvenir plus intense que les précédents. J'aimais déjà beaucoup ce village, mais là, c'est comme si j'avais eu un coup de foudre à retardement. 

J'ai repris la route d'Auch, espérant avoir un coucher de soleil magistral sur la Cathédrale ! Je me suis retrouvée au parc du Couloumé, accueillie par un facétieux rouge-gorge et la tour du château qui s'imprégnait des derniers rayons de soleil.

DSCN9954

 

DSCN9955

 

Je frissonnais un peu mais j'avais le pas enjoué. Je repensais à ma journée, à la beauté de Montaut. Et j'arrivai sur l'allée centrale du parc... celle qui semble se terminer par la cathédrale.

DSCN9956

 

Je me suis éloignée de plus en plus. De soupirs en soupirs, je ne m'arrêtais pas de soupirer, c'était tellement beau ! J'ai rejoint une butte, dans le "caniparc", comprendre l'endroit où l'on laisse courir les chiens (c'est pour le côté comique, moi, je me promène moi-même dans les Caniparc !). J'ai un peu escaladé et puis je me suis retrouvée un peu en hauteur. Je n'avais plus à attendre que le temps passe, que le soleil continue à disparaître, et que la couleur du ciel change. Pas besoin de Star Wars pour voir un bon film, tu viens t'installer quelque part dans le Gers en ce moment à 16h30... et tu observes ! D'ailleurs, le Gers m'a regardée droit dans les yeux à ce moment précis et m'a dit : "Sylvie, JE SUIS TON GEEEERRRS". 

DSCN9964

DSCN9973

DSCN9976

 

DSCN9981

 

C'était tout simplement magique. J'aurais voulu toucher les petits nuages du bout des doigts pour les faire bouger un peu. C'était féérique et je m'abreuvais de ces images, je dévorais, je voulais les entasser dans mes bras, dans ma tête et surtout dans mon appareil photo !

DSCN9985

DSCN9987

DSCN9990

DSCN9992

 

DSCN9993

DSCN9997

 

Je pleurais presque la tombée du jour, l'arrivée de la nuit, la disparition de cette cathédrale mirifique. Comme si le Gers m'interdisait tout à coup de le voir, de l'admirer !

DSCN9998

DSCN9999

 

Puis la lumière s'est rallumée... il était temps d'aller voir les illuminations !

 

DSCN0003

Et malgré la circulation de l'heure de pointe, je suis arrivée à bon port, sur le parking du palais de justice, traînant mon trépied, l'appareil autour du cou. Ca brillait de mille feux au centre ville, comme un feu d'artifice permanent. Je parlais toute seule, ça faisait rire les passants ! 

DSCN9507

DSCN9509

 

Quelques unes ont changé au centre historique... notamment le terre plein central de la place de la mairie ! Une sculpture de lumière incroyable m'attendait. Bon, je n'ai pas forcément bien réussi les photos, les réglages étaient un peu compliqués pour mes fonctions mononeuronales !

DSCN9511

 

 

DSCN9540

 

Il y avait beaucoup de trafic. En même temps, à 17h30/18h00 c'est un peu l'heure de pointe. Alors j'ai dû faire et refaire et rerefaire les photos, mais ça m'a laissé l'occasion de chercher les réglages les moins pires ! Je me suis retrouvé au milieu du rond-point. Ca me faisait bizarre d'être au milieu de la lumière, moi qui n'en suis pas une. J'apercevais un bout de la cathédrale et je riais toute seule d'être là.

DSCN9548

DSCN9555

 

Après l'attente d'une accalmie automobile, j'ai traversé la route pour aller vers la cathédrale ... toujours ausi belle, de nuit, comme de jour d'ailleurs. Tu te rends compte que je suis venue là, je sais pas moi, des centaines de fois ? Et qu'à chaque fois je me suis sentie heureuse, et qu'à chaque fois je me suis dit que c'était beau et qu'à chaque fois, je me languissais de la prochaine fois où je viendrais.

DSCN9560

DSCN9569

 L'édifice, comme à son habitude, se reflétait sur le dessus des petits poteaux de métal qui entourent le parvis. Là aussi ce fut cocasse. Je cherchai d'abord à la manière dont j'allais orienter l'appareil photo avec le trépied ! J'avais beau visser, dévisser, forcer un peu sur le fameux trépied, je n'y parvenais pas. Je râlai un peu, je parlai seule, je m'encourageai ... et une famille qui passait me jeta des yeux perdus entre la peur et l'amusement. Finalement j'ai réussi à trouver une solution. Ensuite, il fallait faire des réglages pour ça ressorte. J'ai donc fait un bidouillage en règle à peine réfléchi ! Et puis en me retournant, j'ai vu que le cône bleu du petit rond-point, qui est en fait un sapin de lumière, copiait la cathédrale !

DSCN9570

DSCN9573

DSCN9576

DSCN9577

DSCN9581

 

J'ai retrouvé avec plaisir la rue Dessoles et la maison Fédel. Je levai les yeux au ciel avec grand plaisir et je me regalai !

DSCN9585

DSCN9587

 

Et puis...La Lune... à moitié dénudée. Elle s'est offerte, le temps d'une éclaircie gersoise ! Un moment magique avec sa couleur bleutée ! Elle m'a mis des étoiles dans les yeux et je jubilais toute seule devant l'office du tourisme auscitain, sous le regard un peu inquiet de certains passants qui devaient se demander qui était cette folle qui parlait toute seule en prenant des photos à scander des "Oh ouiiiii que c'est beau ! Oh oui yes yes OUI !".

DSCN9601

12359995_1136982159653254_6811265011985134268_n

 

Puis l'heure sonna. Il était temps de rejoindre mes parents qui ne s'attendaient pas à me voir mais j'étais trop fatiguée pour faire 3h00 de route pour retourner en Aveyron. J'ai retrouvé l'hôtel de ville, j'ai pris une photo penchée de l'autre côté, pour revoir la cathédrale, puis quelques illuminations avant de prendre la route ravie de mon escapade !

DSCN9622

DSCN9635

DSCN9656

 

 Une dernière journée dans le Gers en 2015 où j'en ai pris plein le coeur et plein les yeux. Où du matin au soir, j'ai eu le bonheur de m'émerveiller encore et encore. Si tu savais mon Gers à quel point je t'aimais en 2015... et si tu savais à quel point je vais t'aimer en 2016 ! En attendant 2016, passez de belles fêtes, profitez surtout de votre famille et des instants qui vous sont donnés, et n'oubliez pas de vous émerveiller à chaque coin de rue car il y a toujours quelque chose de joli à quelque pas de soi !

 

 

 

 

Posté par wawaa à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Dernière journée dans le Gers en 2015, comme un cadeau avant l'heure !

    incroyables de précisions, tes photos de lune !
    c'est difficile, le réglage pour les lumières (surtout avec un simple portable)..Il y a un bail que je ne suis pas retournée à Auch (école de musique, cathédrale, restaurant, habitants aux tables garnies de canard)
    MErci surtout pour tes photos de ciel, je guette aussi ceux de Toulouse....
    Et peux te prêter "le français parlé à Toulouse" et ses gallicismes, de Jean Seguy, et même te le faire porter à Rodez par une petite-cousine

    Je reviendrai voir tes articles sur BAssouès notamment, espérant bien convaincre mon groupe de randos pour quelques embardées par là-bas

    Bon bout d'an !

    Posté par giovinetta, 23 décembre 2015 à 09:52 | | Répondre
  • ouf quelle ode, je regrette presque d'être née ailleurs! bonne fin d'année!

    Posté par kinette, 23 décembre 2015 à 10:21 | | Répondre
  • Je vous sais maintenant très amoureuse de ce Gers où j'y ai mis les pieds il y a très longtemps ! Bel ode et belles photos que j'ai eu plaisir à regarder.Merci et belle fin d'année pour vous !
    @nnie

    Posté par instantsdevie54, 26 décembre 2015 à 10:55 | | Répondre
Nouveau commentaire