L'incroyable aventure d'Hubert à la Palmeraie du Sarthou

"Je m'appelle Hubert, Hub pour les intimes. Je suis un Hubert qui regarde par les hublots et mon nom n'est pas Pop. Je pilote un petit avion à hélices et il me plait de jouer les explorateurs. Je suis parti de ma Provence pas natale vers le Gers il y a quelques jours de cela essuyant quelques caprices climatiques. J'étais tranquille, j'étais peinard dans mon vieux tacot ailé quand j'ai été touché par la foudre. Un sacré coup de foudre ! Je maudissais alors copieusement le fabuleux site appelé d'un drôle de nom chantant : Gersicotti Gersicotta m'avait donné envie de quitter mes garrigues pour les vallons gersois.  J'ai pas trop morflé mais il a fallu que j'atterrisse d'urgence : mourir ou vivre encore mais un peu égratigné, y'avait pas photo ! Alors j'ai sorti le train d'atterrissage, j'ai fait tout ce que j'ai pu,  j'ai tenté de décraber, visant une petite prairie qui pouvait servir de piste… Je me suis engouffré dans un fouillis de verdure. J'ai perdu connaissance un certain temps, je pense, puis j'ai rouvert les yeux difficilement. Plus de peur de mal. La carlingue a pris cher et moi, je m'en sors avec de rares hématomes et deux ou trois coupures sans gravité. Alleluia !

DSCN9837

Le miracle de l'année. J'en aurais cagué dans mon froc ! J'en ai un peu chialé, j'ai vu toute ma vie passer devant moi, j'ai pensé à ma femme, mes gosses, mes potes, mes vieux, toute la compagnie ! Mais ouf, j'étais vivant. En revanche, j'avais un doute concernant ma destination. Ce que j'avais vu sur ce faaaabuleuuuux blog ne ressemblait pas à ce qui m'entourait. Est-ce qu'à un moment mon GPS aurait cafouillé ? Va savoir !

J'ai trouvé une bouteille d'eau et j'ai pris le temps de me rafraîchir avant de m'engouffrer dans cette jungle inopinée. Peuchère…  Le paradis ? En fait j'étais peut-être mort et Dieu m'attendait quelque part pour me faire un bilan complet de ma trépidante vie. Je me suis pincé deux ou trois fois les avant-bras, histoire d'être sûr. Mais l'aventure ne faisait que commencer ! J'écumais les lieux pensant n'être jamais arrivé dans le Gers. Déconne pas, y'a pas de bananiers, ni de bambous dans le Gers, -enfin c'est ce que je croyais-  manquerait plus que je croise un panda !

DSCN9786

DSCN9787

DSCN9788

DSCN9789

Et les gars, je suis pas Mooglie ou Tarzan moi ! Laissez-moi rentrer à la casa ! J'avais l'estomac qui gargouillait en plus. J'aurais bien grignoté un petit truc avec un verre de Pastis.  Enfin bon … au lieu de râler, je ferais mieux de profiter des lieux. C'est pas moche dis donc ! Des palmiers, de la verdure, je me croyais direct en Amazonie. Je me souvenais pas avoir traversé l'Atlantique pourtant à moins que mon vieux coucou eusse décidé de consommer moins pour voler plus loin !

J'ai marché, j'ai marché, lourdement. J'ai failli sortir les baguettes et commander des sushis bien que le poisson cru ce ne soit pas ma tasse de thé. Les bassins alentours étaient very beautiful comme dirait ma voisine anglaise. Bienvenue en Chine ou au Japon, ici la fleur de Lotus et les fleurs de nénuphar ne se font pas prier.

DSCN9779

DSCN9815

DSCN9819

DSCN9825

DSCN9830

T'as même droit à des petits spectacles sur l'eau. Purée ! Mais je suis peut-être vraiment au paradis ! Et la grenouille là-bas, ça y'est c'est Dieu ? Un banc salvateur s'est proposé pour supporter le poids de mes fesses. J'étais comme fatigué. Alors j'ai fait la sieste et quand j'ai rouvert les yeux, rien n'avait changé.

DSCN9824

 

DSCN9816

DSCN9826

DSCN9829

Moi j'étais bien là, au bord de l'eau. Bon, mon avion était nase, coincé dans les feuillages. Mais j'étais bien. Calme olympien. Calme amazonien.  Plus j'avançais plus j'avais l'impression de changer de pays entre les étranges statues de fer et les masques accrochés sur les troncs. J'aurais traversé la Méditerranée jusqu'au cœur de l'Afrique ? Hé, je suis pas un fada quand même, j'ai encore toute ma raison.

DSCN9784

DSCN9795

DSCN9796

DSCN9834

Mais y'a-t-il quelqu'un par ici ? Une libellule, ok, un grillon, ok, des grenouilles ok, des tortues ok et même des poules, des lapins… Je suis entré dans une petite maison où j'ai vu un tableau sur le mur, un papillon. Tiens, mais la carte de visite, c'est Gersicotti Gersicotta ! Mais alors, je suis dans le Gers ? Tu me fais marcher … Dans cette maison traînaient des meubles qui dataient un peu, plus vieux que moi encore.

DSCN9782

DSCN9781

Je suis sorti de là, me perdant dans les bambous. Je pensais même voir mon panda, en train d'en machouiller quelques pousses.

DSCN9783

Je suis reparti vers mon tas de ferraille perché pour trouver un truc à manger dans l'habitacle. Vlà-t-y pas que je tombe sur une petite guérite toute jaune et pimpante à l'intérieur de laquelle c'était la fête de la lecture ? C'était comme une bibliothèque miniature en pleine nature. Je me posais encore la question du paradis… genre je suis dans la salle d'attente,  et j'dois patienter, du coup je peux lire un peu, tout ça, tout ça…

DSCN9835

Et tout à coup, Dieu, une femme, -je le savais !-, apparut et me demanda comment j'étais entré dans son jardin puisqu'elle ne m'avait pas vu à l'entrée. Je lui expliquai mon arrivée brutale et je lui demandai de m'expliquer où je me trouvais. Elle me répondit que j'étais dans un jardin exotique. Ah ça, j'avais bien remarqué ! Mais un jardin exotique dans le Gers ! Alors, je ne m'étais pas trompé de destination, j'étais bien quelque part en terre gersoise mais surtout j'avais atterri à la Palmeraie du Sarthou où j'ai été accueilli comme un roi et ça avait l'air bien plus sympa que le paradis."

 

Bref, si toi aussi tu veux vivre une aventure extraordinaire sans faire 5000 km, fais comme Hubert, perds-toi au cœur de la Palmeraie du Sarthou !

 

 


 Ce récit est évidemment imaginaire et inspiré de mon dernier passage à la Palmeraie en compagnie de mon amie Sylvie Riba ! Nous avons eu le plaisir de revoir le jardin et ses adorables jardiniers !

Posté par wawaa à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur L'incroyable aventure d'Hubert à la Palmeraie du Sarthou

    quelle balade époustouflante! Récit captivant! Merci

    Posté par sylvieriba, 01 juillet 2015 à 22:13 | | Répondre
  • une balade que je partage d'autant plus qu'elle date et mérite d'être remise au goût du jour
    pause de fraîcheur dans notre été à nouveau caniculaire

    Posté par Giovinetta, 16 juillet 2017 à 23:01 | | Répondre
Nouveau commentaire