Le bonheur est dans la prairie sauvage massylvaine !

Le jeudi de l'Ascension, mon mari, mes parents et moi devions aller à Gavarnie. Mais la météo n'était pas très encourageante alors nous avons renoncé à l'excursion. Nous l'avons repoussée au samedi suivant et nous avons aussi annulé en raison des chutes de neiges prévues dans les Pyrénées. Bref, donc, le jeudi de l'Ascension, vers 15h00, mon cher et tendre et moi-même avons décidé d'aller visiter quelques prairies sauvages du coin. Finalement nous n'en avons visité qu'une. Elle se trouve sur les hauteurs entre Bézues-Bajon et Masseube au bout de la route indiquant le lieu dit "Les Cahuzères". Pour nous y rendre depuis Arrouède, nous avons pris la route de Masseube par Bezues et nous nous sommes garés sur une sorte de parking au bord de la route principale. Et nous sommes partis à pied, sachant qu'on avait un petit kilomètre à faire. Cependant, avant de prendre la direction de la prairie sauvage en question, qui se trouve aux croisements de plusieurs chemins communaux, nous avons gambadé dans les coins de verdures jouxtant notre lieu de parking. Je connais bien cet endroit. Lorsque je travaillais dans le lycée un peu plus bas, je passais tous les jours en voiture. Autant vous dire qu'en cette saison, je m'arrêtais souvent pour observer les orchidées. Et elles étaient encore au rendez-vous, ce jeudi ! Quelques sérapias et orchis pyramidaux enchantaient les lieux !

DSCN9804

DSCN9805

DSCN9807

 

J'ai également eu le plaisir de retrouver ce magnifique pied d'orchis homme-pendu qui grandit d'année en année, fidèle au poste, toujours au même endroit.

DSCN9808

DSCN9809

 

Nous avons quitté le parking pour continuer sur la route : les talus nous réservaient aussi de belles surprises comme cet insecte aux belles couleurs flirtant avec une fleur jaune.

DSCN9813

 

Nous avons aussi trouvé des tas de plantanthères en lisière de sous-bois ! Je savais que nous en trouverions, mais pas autant ! Ce sont des orchidées vraiment originales.

DSCN9818

DSCN9820

DSCN9822

 

Nous avons pris l'embranchement sur la gauche pour rejoindre la prairie en question. Et les bords de route furent fabuleux. Des orchis de fuchs commençaient là leur floraison.

DSCN9825

 

DSCN9827

DSCN9829

 

 

Les orchidées se succédaient toutes plus belles les unes que les autres : orchis pyramidaux, orchis militaires, ophrys mouches ainsi que d'autres platanthères cotoyaient les autres fleurs sauvages.

DSCN9830

DSCN9833

DSCN9835

 

DSCN9837

DSCN9838

DSCN9839

DSCN9840

DSCN9841

 

Et puis ces petites beautés de la nature: une marguerite originalement coiffée, un papillon bleu, un insecte en rouge et noir, et que dire ces bébés sauterelles perchés sur les orchis homme-pendu ? Le voyage dans le microcosme de ces talus était dépaysant !

DSCN9843

DSCN9845

DSCN9846

DSCN9847

DSCN9848

 

DSCN9852

DSCN9854

 

Suprise ! Même un ophrys abeille se plaisait ici ! Je ne me souvenais pas en avoir vu à cet endroit. C'est joli, l'ophrys abeille ! C'est joli !

DSCN9856

 

Encore quelques centaines de mètres à parcourir avant THE prairie, j'étais toujours aussi heureuse de croiser des orchis pyramidaux, militaires et même un ophrys araignée !

DSCN9858

 

DSCN9863

DSCN9864

Pendant que mon amoureux cherchait les petits oiseaux dans les arbres, j'ai quitté des yeux les orchidées. Un insecte d'un bleu anthracite se lançait à la conquête d'une fleur jaune grande ouverte. Je trouvais les deux fort bien assortis.

DSCN9866

 

Nous y étions presque. Mais d'autres orchidées nous ralentirent ! Un ophrys bécasses, les sempiternelles pyramidalis... impossible de ne pas croiser d'orchidées ici !

DSCN9871

 

DSCN9874

 

Et juste avant d'entrer sur le petit chemin herbeux qui mènerait à LA prairie tant désirée, nous avons pris le temps de contempler le paysage malgré le temps relativement grisonnant. Le patchwork campagnard, comme d'habitude, nous faisait oublier la grisaille !

DSCN9876

DSCN9877

 

Voilà, nous y étions. Au bord de cette fameuse prairie sauvage. Pour nous accueillir dès le départ un ophrys mouche et une platanthère. Ca s'annonçait bien !

DSCN9878

DSCN9879

 Au coeur de la prairie, c'était encore plus enthousiasmant. Les papillons taquinaient les orchidées et je retrouvais des orchidées vues sur la route ainsi que les insectes qui m'avaient tant plus quelques minutes auparavant.

DSCN9884

DSCN9885

DSCN9888

DSCN9889

 

DSCN9890

DSCN9891

 

Le temps d'un salsifis sauvage pour changer de décor, je repartais dans mes travers : les orchidées ! Denis, lui, photographiait plus loin les rapaces qui tournoyaient au-dessus de nos têtes.

DSCN9892

 

La prairie était bondée d'orchidées. Difficile de ne pas y passer tout son temps ! Bref, à nouveau, orchis et ophrys pour mon plus grand plaisir. Il y avait une grande variété d'espèces sur ce petit bout de terrain, c'était impressionnant.

DSCN9895

DSCN9896

 

La pluie se mit à tomber assez intensivement. Le temps de m'abriter sous un arbre en compagnie d'une splendide platanthère, je me suis aperçue que j'étais au milieu d'une bonne dizaine d'ophrys bécasses. 

DSCN9898

DSCN9902

DSCN9903

 

DSCN9906

 DSCN9908

 

DSCN9913

 La pluie, qui avait légèrement dénudé mon salsifis, s'est arrêtée. Nous avons donc amorcé notre retour vers la voiture sans tarder, de peur qu'une autre averse nous tombe sur la tête.

DSCN9917

DSCN9918

 

 

Un jeune orchis bouc commençait à fleurir et sur le chemin nous fîmes d'autres magnifiques rencontres fleuries !

DSCN9919

DSCN9922

DSCN9926

DSCN9927

DSCN9928

 

Quant tout à coup, je m'arrêtai net. Intriguée. Etonnée. Un orchis homme-pendu était tout tarabiscoté ! J'ai cru un moment qu'il s'agissait d'un hybride avec une platanthère. Mais après consultation de professionnels de la botanique, on m'a expliqué qu'il s'agissait d'un orchis homme-pendu atteint d'un lusus soit une anomalie morphologique liée à la génétique.

DSCN9933

 

 Je laissais là ce drôle de spécimen pour en retrouver d'autres moins tordus !

DSCN9940

 

DSCN9942

DSCN9947

 

Au moment où nous sommes remontés dans la voiture, la pluie se remit gentiment à tomber. J'envisageai alors d'aller gambader dans une autre prairie mais j'ai rapidement renoncé car l'averse tournait à la douche !

Ceci étant, pluie ou pas pluie, le bonheur était ce jour-là, dans cette prairie massylvaine !

 

 

 

Posté par wawaa à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le bonheur est dans la prairie sauvage massylvaine !

Nouveau commentaire