Une fin d'année à tire-d 'ailes …

Mon cher mari nourrit une passion pour les oiseaux. Ce qui nous amène de plus en plus souvent à observer ces petites bêtes à plumes, pas toujours petites d'ailleurs.  Si le lac de l'Astarac reste notre lieu de prédilection, nous ne manquons pas d'en observer sur mon petit chemin préféré, derrière chez mes parents, à Arrouède.  C'est toujours une scène particulière : nous avançons à pas de loup, nous commençons à chuchoter, évitons les gestes brusques, essayons de faire le moins de bruit possible en dégainant les appareils photos.  Et quand la chance est avec nous, nous faisons des rencontres exceptionnelles, comme la fois ou, au lieu de voir les Pyrénées nous avons rencontré les hérons spatules (lien) et le martin pêcheur de l'Astarac.

Il fallait bien que je vous parle de tous ces drôles d'oiseaux qui nous ont offert des moments inoubliables. A commencer par le chardonneret élégant du lac de l'Astarac, rencontré début décembre.

DSCN5090

Ce matin-là, nous n'étions pas au bout de nos surprises puisqu'en empruntant les diverses routes goudronnés que le lac laisse apparaître en hiver, nous avons, après avoir effrayé deux mouettes peureuses, eu la chance de croise le chemin de deux bécasseaux maubèches pas le moins du monde perturbés par notre présence. Ces petits oiseaux rondouillets aux becs oblongs se sont laissé, telles des stars de l'Astarac, prendre en photo sans trop s'inquiéter. Il faut dire que nous avancions pas à pas et que ce n'est qu'une fois à un mètre d'eux qu'ils ont commencé à manifester quelques craintes et ont reculé de quelques centimètres. Sans doute avaient-ils compris que nous ne voulions ni les déranger, ni leur faire du mal.

DSCN5100

DSCN5102

DSCN5103

DSCN5107

DSCN5110

DSCN5117

DSCN5133

DSCN5134

DSCN5138

Ces jours-ci, les oiseaux aussi étaient au rendez-vous. En allant voir les Pyrénées, j'ai eu la chance de rencontrer une mésange bien calme… habituellement, il est difficile de les immortaliser, ces mésanges ! Elles virevoltent partout, becquètent à droite à gauche, changent inopinément de  branchage, sautillent, s'envolent, viennent, vont, reviennent dans un ballet incessant. Celle de mardi soir était toute taciturne, toute paisible, il était donc facile de lui faire prendre la pose !

DSCN5493

DSCN5494

J'ai aussi aimé les étourneaux posés sur les fils. Ils patientent. Ils pépient. Ils dansent. Aussi, leurs magistraux envols ne sont pas sans se faire remarquer. Des milliers d'étourneaux offrent en ce moment des arabesques déconcertantes.

DSCN5585

DSCN5595

DSCN5916

DSCN5918

DSCN5920

Et pendant ce temps-là, les petits moineaux domestiques observent l'horizon. Sans broncher. Sans demander leur reste.

DSCN5625

Cette semaine, je suis retournée deux fois au lac. Une fois pour y prendre des photos des Pyrénées, évidemment. C'est là que j'ai joué à cache-cache avec une bergeronnette des rivières dont l'intense jaune ne passe pas inaperçu. Elle frôlait la surface de l'eau en piaillant, se posait çà et là, changeait de perchoir. Elle m'a presque fait tourner en bourrique ! Pensez-vous, j'étais seule et je voulais impérativement  ramener à mon mari un cliché de ce joli petit oiseau !

 

DSCN5720

DSCN5722

 

Hier, nous avons remis ça ! J'avais envie de revoir les oiseaux. Et puis j'avais besoin de prendre l'air. Mon cher mari n'a pas dit "Non", bien au contraire.  Une aigrette blanche nous attendait au bord de la route, et d'autres au bord du lac. Et au milieu du lac, les foulques macroules s'en donnaient à cœur joie.

DSCN5845

DSCN5847

DSCN5849

DSCN5856

C'est en nous retournant pour continuer sur l'une de nos petites routes favorites que nous avons fait la connaissance enchanteresse de Vine l'Aigrette - oui, il y a un jeu de mot que j'assume totalement- qui se complaisait à se percher sur un petit arbre. Elle était tout simplement splendide !

DSCN5875

DSCN5876

DSCN5878

DSCN5880

DSCN5881

Sur la route, au loin, un attroupement de mouette jouait les Jackson Pollock … (ce que nous avons constaté en arrivant là-bas). Effrayées par le passage d'un quad, elles nous ont aussi offert de beaux envols.

DSCN5884

DSCN5864

DSCN5886

Dans l'eau, un héron dansait dans la lumière. La scène était magnifique et intrigante.

DSCN5895

Nous y avons retrouvé notre fameux martin-pêcheur aperçu là fin Novembre, un chardonneret élégant à notre retour. Ce dernier passage au lac de l'Astarac avait encore été ornithologiquement dépaysant !

DSCN5911

DSCN5906

DSCN5907

DSCN5910

DSCN5934

Ce matin, le temps d'une balade derrière la maison de mes parents, quelques oiseaux nous ont offert quelques moments agréables. Et pour clore cette pénultième balade dans le Gers de 2014… un petit oiseau que je ne sais identifier et un rouge-gorge ont bien voulu prendre la pose, même si le dernier s'était plus ou moins bien planqué !

DSCN5971

DSCN6019

DSCN6024

DSCN6030

DSCN6031

 

 

Posté par wawaa à 20:05 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur Une fin d'année à tire-d 'ailes …

    belle pêche en plus pour le martin-pêcheur
    j'essaierai de ne pas oublier les différences entre aigrette, Vine-aigrette et foulque au long bec !
    mais ce simple moineau a l'oeil bien tendre....
    il me faut absolument trouver un poster des passereaux pour les identifier... Peut-être à la Maison de la Nature et de l'Environnement de Toulouse...

    Posté par giovinetta, 26 décembre 2014 à 20:25 | | Répondre
    • Le martin-pêcheur bougeait beaucoup, les photos manquent de netteté, c'est parce qu'il avait chopé son repas !

      Alors attention, les foulques macroules n'ont pas de longs becs, on les confonds avec les poules d'eau. Ce sont plutôt les bécasseaux maubèches, cousins de la bécasse, qui arbore un bec un peu plus long

      Pour trouver les passereaux, il y a le site http://oiseaux.net qui peut-être utile !

      A bientôt !

      Posté par wawaa, 27 décembre 2014 à 07:18 | | Répondre
  • Qu'ils sont beaux tous ces oiseaux !

    Posté par Depassage, 26 décembre 2014 à 21:27 | | Répondre
    • Ils sont pris en photo par un drôle d'oiseau !

      Posté par wawaa, 27 décembre 2014 à 07:23 | | Répondre
  • Quel plaisir de terminer cette journée avec tous ces magnifiques oiseaux !!!! Ton mari et toi avez beaucoup de talents en photo merci de nous en faire profiter Lyne

    Posté par CHEZLYNE, 26 décembre 2014 à 23:24 | | Répondre
    • Nous avons surtout beaucoup de chance !

      Posté par wawaa, 27 décembre 2014 à 07:32 | | Répondre
  • Merci pour ces magnifiques photos d'oiseaux! J'aime beaucoup ces petites créatures.
    Bonne soirée
    Corinne

    Posté par le jardin oublié, 27 décembre 2014 à 20:21 | | Répondre
  • Le martin-pêcheur est vraiment un oiseau magnifique, tu as bien de la chance d 'en voir encore!
    Merci aussi pour tous les autres, et pour l'inconnu, peut-être un serin cini jeune? Difficile à dire de profil
    Bonne journée
    Catherine

    Posté par CrazyEmbroider, 28 décembre 2014 à 09:02 | | Répondre
  • Tes photos sont superbes. Le martin-pêcheur avec son repas est vraiment très beau.
    Moi aussi j'aime de plus en plus photographier les oiseaux.
    J'ai un blog de scrap, et le dimanche je poste des photos.
    Si tu veux venir faire un p'tit tour, tu pourras voir des photos d'oiseaux par ci par là.
    Et félicitations pour ta mise à l'honneur sur Canalblog, c'est comme ça que je découvre ton blog.
    Bisous et bonne soirée.
    Yoyotte

    Posté par YOYOTTE70, 29 décembre 2014 à 18:33 | | Répondre
  • j’ai découvert depuis peu votre blog et c’est un vrai plaisir que de le parcourir. Gersois exilé à 700 km, il me fait un bien fou, car j’ai aussi ce besoin de parcourir ses chemins, et à peu près pour les mêmes raisons exprimées si joliment dans vos textes. Ne me reste plus qu’à réussir mes photos... Bon, je poste donc ici pour vous féliciter et surtout vous encourager à poursuivre, mais aussi pour risquer une réponse pour votre oiseau inconnu. C’est comme pour les orchidées, on ne sait pas forcément pourquoi, mais c’est mieux avec le nom. Il s’agit très probablement d’un bruant proyer. Et pour faire un peu le professeur, les 2 bécasseaux maubèches sont en fait des bécasseaux variables, mais ce n’est pas très important, eux ne vous en tiendront pas rigueur. Par contre, le moineau domestique est un pinson des arbres (une femelle) et là... C’est une espèce beaucoup plus susceptible, qui se vexerait définitivement si elle devait apprendre qu’on ne l’a pas reconnue... et qu’on l’a prise pour un moineau par dessus le marché
    Belles promenades dans le Gers

    Posté par Ausèth, 02 juillet 2016 à 01:36 | | Répondre
    • Merci pour toutes les compliments, les encouragements et les précisions !
      J'ai encore des progrès à faire en matière d'ornithologie même si je suis moi-mêmeun drôle d'oiseau ! A très bientôt !

      Posté par wawaa, 02 juillet 2016 à 16:15 | | Répondre
Nouveau commentaire