Ophrys du Gers, mon graal

Ignorante je fus, l'an dernier, fin Mai, quand je crus le rencontrer sur un talus près de Lartigue. Mais heureuse j'étais quand même en apprenant que j'avais croisé mon tout premier ophrys bécasse… Mais, depuis que j'avais appris qu'existait l'Ophrys du Gers ou Ophrys aegirtica dit aussi Ophrys Frelon du Sud-Ouest -n'avez-vous pas, vous aussi, plusieurs prénom ? - décrite en 1996 par Pierre Delforge, j'avais hâte de la croiser. Vous me direz : tous les ophrys se ressemblent, je dirai qu'ils ont des similitudes, mais qu'ils sont différents. Je commence à savoir les différencier, à force d'en croiser, à force d'avoir fait une multitude de photo et d'avoir observer. Je peux vous dire que celui-ci est particulièrement somptueux. Il m'a fallu attendre un peu plus d'un an pour le trouver enfin. Et tout ça, c'est grâce à ce que je considère comme "ma bible des orchidées gersoises"* acquise cette année. J'avais, au début du mois de Mai, fait une première investigation à la recherche d'orchidées sauvage à Lamaguère, mais c'était un peu trop tôt pour l'Ophrys du Gers qui fleurit tardivement, à la fin Mai ou début Juin.

 

IMGP6399

 

Je m'étais donc fait à l'idée et je ne pensais n'avoir le temps que le 10 Juin, et encore… Et puis, le 31 Mai, Denis et moi revenions de Castéra-Verduzan pour nous rendre à Arrouède. Nous étions tous les deux bien fatigués : levés très tôt, cuits par la chaleur étouffante, et surtout, nous avions eu l'idée de faire un petit parcours botanique en plein après-midi. J'avais moi-même eu tort de crapahuter avec des chaussures peu adaptées à l'association "terrain rocailleux et pentu et surpoids". Résultat : pieds en compote, chaussures neuves achevées, et plus aucun courage pour faire autre chose que rentrer… Plus aucun courage ? Pas sûr ! En repensant à l'ophrys du Gers, au temps que nous n'aurions surement pas les week-ends suivants, j'ai proposé à Denis un petit détour par Lamaguère. Après tout, au point où nous en étions, ça ne pourrait pas être pire ! On avait peu d'énergie mais de l'enthousiasme quand même, c'est bien ça qui compte. Détour donc par là-bas. Garé près d'un chemin de terre où j'avais trouvé quelques temps auparavant foule d'orchidées sauvages. Nous grimpons un peu. Mes chaussures résistent encore mais mes pieds hurlent. Mais peu importe, je suis comme les chevaliers qui allaient par monts et par vaux pour trouver le Graal, je suis comme Perceval, bon admettons, en vachement moins musclé, vachement moins téméraire quoique… J'aperçois alors un ophrys, derrière une clôture qui nous semble être électrifiée. Prudence donc, même si un électrochoc aurait pu me réveiller un peu. Je choisis donc de ramper. Me voilà à plat sur le sol, passant sous le fil a priori piquant, les bras tendus avec au bout l'appareil photo et clic, j'immortalise. Ophrys du Gers ? Je ne sais pas encore, mon guide est dans la voiture ! Ce n'est en tous cas pas un ophrys bécasse, ni tout autre ophrys que j'ai déjà vus.

 

IMGP6393

 

Etant donné l'état où je me suis mise, pleine de terre, m'étant ajouté quelques courbatures supplémentaires, je dis haut et fort "Pour que je fasse tout ça c'est forcément un ophrys du Gers". Nous avançons un peu plus, et là je comprends que j'aurais pu éviter de me retrouver à plat ventre, face contre terre. Sur notre chemin, il y en avait une bonne dizaine. Mais tout ça n'est point grave, si on regarde bien, aucun ne se ressemble et je ne suis pas la seule à les convoiter, les escargots en sont très friands aussi.

 

IMGP6398

IMGP6411

IMGP6417

IMGP6423

IMGP6425

 

Me voilà donc aux anges devant ce nouvel ophrys, malgré mon incertitude parce que moi, hé, je ne suis pas botaniste. Après consultation de mon guide, c'est il me semble, bien de cet ophrys du Gers dont il s'agit. Mais n'aurais-je pas croisé deux hybrides de ce dernier avec des ophrys bécasses ou abeilles ? C'est ce que les deux spécimens suivants me laissent à penser !

 

IMGP6400

IMGP6421

 

J'ai après cela trouvé un nouveau "Graal Orchidesque" car je ne voulais pas que mon épopée s'arrête aussi vite. Graal très rapidement trouvé et remplacé par un autre graal trouvé aussi, remplacé par encore un autre Graal … oui, c'est interminable, et j'aime ça !

 

*Orchidées du Gers, guide d'identification, Association Botanique Gersoise - 2012

Posté par wawaa à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Ophrys du Gers, mon graal

    Superbe !!

    Posté par MamounetteN, 13 juin 2012 à 11:07 | | Répondre
  • Passion

    Ah la Passion ! Elle nous fais parfois faire des choses impensables. Félicitations.

    Posté par Stéphanie, 13 juin 2012 à 14:14 | | Répondre
  • waou! effectivement, elle est magnifique!

    Posté par Katleen, 13 juin 2012 à 18:50 | | Répondre
  • magnifique

    Posté par cissou, 14 juin 2012 à 22:20 | | Répondre
Nouveau commentaire