Oui, Ô Toulouse, quitte à pasticher la magnifique chanson de Claude Nougaro, Ô Toulouse, près de Moun païs... toi, à deux pas du Gers, comme je regrette de ne pas encore avoir vraiment pris le temps de te découvrir , en long, en large et en travers.

 J'aime bien Toulouse, en fait. Il est vrai qu'au départ ce n'était absolument pas une ville qui m'attirait à cause de son périphérique bondé d'automobiles aux heures de pointe et son excès d'urbanisation : les grands immeubles droits, j'ai toujours eu du mal à m'y faire. Quoi de plus logique quand on sait à quel point j'aime la campagne gersoise, ses petits villages, ses grands espaces verts et tout le reste ! Mais il se trouve que via ce fameux périphérique, on passe parfois par dessus la Garonne : il y a alors des panoramas absolument splendides sur cette ville toute de rose vêtue, une ville de toute beauté qui fait oublier bitume, camions, barrières grises de sécurité et interminables embouteillages et qui me fait à chaque fois dire « Je veux y aller ! ».

 

Et j'ai pourtant eu maintes occasions de visiter Toulouse : auditions de chant, consultations médicales, examens de concours de l'enseignement, correspondances de train... et je n'y ai qu'une fois furtivement joué les touristes. Pourquoi ? Parce que « pas le temps ». J'étais toujours pressée de reprendre la route de la maison, de partir avant l'heure de pointe car il y avait 90 km à parcourir, soit 1h00 à 1h15 de routes quand les conditions de circulations sont bonnes aux abords de la ville ! Bref, j'ai toujours eu des réticences surtout après une journée à attendre debout pour un casting, ou une journée à réfléchir sur des sujets de concours … Vous savez ce que c'est quand on est fatigué, qu'on travaille le lendemain et qu'on a vraiment envie d'aller se coucher.

 

Si ce sont là d'excellentes ou mauvaises raisons, j'avais aussi, tout simplement, la possibilité de trouve un hébergement à Toulouse, pour un week-end à la découverte de cette ville phare du Sud-Ouest, grand site de Midi-Pyrénées. Mais vous me connaissez, si j'étais dans le Gers, ma devise était le Gers avant tout. Quoiqu'il en soit, il va falloir que j'en touche deux ou trois mots à mon Denis qui a vécu autrefois à Toulouse et qui je crois savoir, aime particulièrement cette ville. Une bonne occasion d'un week-end en amoureux, non ?

 

Mais comme je vous l'ai dit précédemment, même si je n'y ai jamais passé 72h de visite, j'ai quand même succombé une fois à l'envie de jeter mon oeil curieux dans le centre historique. C'était début Novembre 2008 après une audition de chant totalement loupée. Un signe ! Oui un signe puisque ne pas continuer l'aventure de ce célèbre télécrochet m'avait permis d'avoir deux heures de battement (le temps de laisser les embouteillages se diluer !) pour déambuler à travers les rues roses, contemplant l'alignement de toutes ces façades de briques me disant « Evidemment, la ville rose ! Suis-je bête, c'est pour ça ! ».

 

32164730_p

 

J'avais alors découvert l'impressionnante Basilique Saint-Sernin et son clocher octogonal de 65 m de haut qui m'avait rappelé celui de Lombez. Dédiée au Martyr Saint Saturnin, elle était au Moyen-Age l'un des grands pôle de pèlerinage. Un joyau à découvrir, avec ses 260 chapiteaux romans, ses magnifiques orgues et ses siècles d'histoire...

 

32164983_p

32165149_p

 

Mes pas m'avaient menée ensuite à la très renommée Place du Capitole grouillante de gens : lécheurs de vitrine, touristes, lycéens et étudiants, travailleurs, cyclistes … Cette célèbre place, pour qui se sont battus les Capitouls est symbole d'indépendance de la ville avant la révolution a d'abord pris le nom de Place Royale, puis de Place de la Liberté à la révolution, a continué par Place commune, Place de la mairie, Place Impériale, Place d'Armes pour devenir enfin en 1848, Place du Capitole.

 

32165683_p

 

Evidemment, je n'ai vraiment vu qu'une partie infime du patrimoine de la ville. J'ai encore beaucoup de choses à y découvrir : les musées, la cathédrale Saint-Etienne, Le Cloître des Jacobins, la Cité de l'Espace, les bateliers sur la Garonne et le Canal du midi et tant d'autres endroits m'attendent ! Et alentours de Toulouse, il y a des tas d'activités et villes à visiter comme partir à la chasse au pigeonniers à Colomiers, aller admirer l'extraordinaire église de Pibrac qu'on aperçoit depuis la double voies, trouver des petits villages charmants comme Fonsorbes, ou encore s'offrir en famille un safari africain au parc zoologique de Plaisance-du-Touch.

 

IMGP4783

 

Et quand la Haute-Garonne se met sur son 31, je peux vous assurer qu'on en prend plein les mirettes !

 

Se rendre à Toulouse ? Eviter les embouteillages ? Je vous conseille vivement le train et l'avion et de prévoir au moins deux journées ! Si vous avez un hébergement sur Auch parce que vous y êtes en vacances ou si vous vivez dans le Gers, il y a des trains réguliers au départ d'Auch qui vous mènent directement à la gare Toulouse Matabiau à même pas 20 minutes à pied du centre historique. En voiture, en évitant les heures de pointe, vous atteindrez rapidement les parkings du centre ou votre hôtel à Toulouse. En tous cas, de mon côté, un week-end à Toulouse ne saurait tarder et pour une fois par pour voir un docteur, des examinateurs de concours ou des juges de casting, cette fois pour visiter la ville ! Réserver un hôtel s'imposera mais j'ai déjà quelques pistes !

 

Et vous le savez, ce n'est pas une infidélité au Gers car Gersicotti Gersicotta aime parfois déborder avec grand plaisir des frontières gersoises... Et puis le doute subsiste : Toulouse est-elle une ville gasconne ? Dans sa chanson, Nougaro dit « Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne ». Quant aux cartes de la Gascogne et de l'ancienne Gasconnie, tantôt elles placent Toulouse à l'intérieur, tantôt légèrement à l'extérieur, tantôt pile poil sur la frontière … C'est que Toulouse est suffisamment prestigieuse pour que les régions historiques alentours cherchent à se l'approprier.

 

 

Voici ma sélection d'hôtel, trouvé sur le site HotelClub, dans le Gers : 

 

Chambre d'Hôte Les Chênes verts de Gascogne


 

 

Cet article est un article sponsorisé.