12 février 2011

Les bancs Simorrains …

J'emmène souvent des amis ou de la famille à Simorre. Ce n'est pas très loin de chez moi et c'est toujours une sortie surprenante du fait de l'étonnante abbatiale qui se dresse au milieu du village. Évidemment, à force, on pourrait croire que je connais les lieux par cœur, comme ma poche. Peut-être. Peut-être au point de m'en lasser, d'être à l'affût du "déjà-vu" et que plus rien ne m'y enthousiaste lorsque je m'y rends, car tout reste sans surprise pour moi. J'en ai parfois un peu peur quand je retourne souvent sur un lieu particulier. Or, cette peur n'est jamais fondée puisque quoi qu'il arrive je suis toujours en admiration. Simorre aurait pu ne plus provoquer ce sentiment de contemplation. Mais l'abbatiale est un lieu magique pour moi. Je ne la mitraille plus d'autant de photos qu'avant, parce que j'ai probablement écoulé tous les clichés possibles de l'édifice.

J'y suis donc retournée ces derniers jours. Je connais le trajet par cœur. Effectivement je commence à avoir tout vu de l'abbatiale et des rues principales de Simorre… mon attention ne s'est plus donc concentrée sur les éléments les plus "importants" du village. J'ai pu du fait de ce "désintérêt" voir d'autres choses. Et j'ai adoré la balade parce que j'ai découvert que dans Simorre, il n'y a pas une rue où il n'y a pas au moins un banc pour se poser au soleil ou une chaise. Ces bancs, près des portes d'entrée, devant les façades des maisons, sous les fenêtres, ne sont pas seul, ils font partie d'un décor travaillé.

Il y a les bancs qui se suffiraient presque à eux-mêmes avec leur aspect travaillé. Ce fer forgé, ces arabesques artistiques, et le bois, en font que point trop n'en faut pour habiller l'endroit. Un seul pot de fleur, et voilà le banc placé sous une fenêtre à l'entourage de brique, rappelant son bois. Un décor plus sobre peut tout à fait faire l'affaire d'ailleurs.

 

1

2


Plus vifs et plus colorés, certains donnent l'impression d'avoir été choisi pour pétiller avec les murs et les portes aux tons vifs, un peu édulcorés.

 

3

D'autres beaucoup plus sobres, n'en sont pas moins charmants et siègent dans les ruelles, à l'abri des regards curieux…

4


5

6


Il y en a des modernes aussi. Toujours avec la petite touche de verdure et l'environnement coloré.


7


Parfois, ce ne sont pas des bancs qui invitent au repos improvisé, mais des chaises de couleurs différentes, dans un déco fleuri à foison.

8

Et puis il y a ceux sur lesquels je n'oserai pas poser mon imposant fessier. Mais leur charme est infini, leur couleur,  même si usée, encore bel et bien là. J'aime particulièrement ce dernier. Son aspect douteux laisse à penser qu'il n'est pas d'une grande solidité. Mais quel charme et quelle foison de végétation tout autour de lui entre arbre en pots et plantes grasses. Un petit voyage inattendu.

 

9

Comme quoi, on peut revenir 100 fois à un même endroit, on n'en aura jamais véritablement fait le tour et il me tarde de retourner à Simorre pour encore une fois faire une découverte impromptue !

Posté par wawaa à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Les bancs Simorrains …

  • Les bancs

    Unique et peu banal cet article.
    Vous faites d'un objet de tous les jours sur lequel on ne s'attarde que pour s’asseoir d'un moment de pur plaisir pour les yeux et de poésie.
    Je ne regarderai plus les bancs de la même façon.
    Je vote pour les photos 8 et 9

    Posté par monique.c, 12 février 2011 à 10:52 | | Répondre
  • Un banc.

    Un banc. Quoi de plus simple qu’un banc. A l’heure de la consommation et du confort à outrance le banc est resté modeste dans ses attributs et son confort. Essayer de passer des heures assis sur un banc. Il est là pour accueillir quelques instants le passant fatigué ou quelque conversation ébauchée lors d’une brève rencontre. C’est au printemps pour profiter des premiers rayons de soleil ou l’été à l’ombre d’un arbre imposant qu’il est le plus apprécié.
    Ils en auraient sûrement à nous raconter sur les secrets échangés les baisers volés, les baisers donnés, les souvenirs évoqués quand l’âge nous fait les fréquenter plus souvent.
    Il se fond si bien dans le paysage, se fait si discret par ses lignes épurée qu’on le remarque à peine. Certains à l’œil plus affuté lui on consacré quelque lignes ou quelques belles images.
    Ceux de Simorre ont su se faire remarquer, mais malgré tout leur charme ils ont parfois un petit côté inquiétant. Je n’oserais poser mes modestes fesses sur certains sans avoir l’inquiétude d’être violement heurtée par un volet qui s’ouvre.
    Je serai plus attentive à ma prochaine balade dans Simorre.

    Posté par ludivinne, 12 février 2011 à 16:18 | | Répondre
  • J'ai jeté un oeil aujourd'hui à Seissan, j'ai pas vu de bancs !

    Je crois que ça va être ma nouvelle quête lors de mes balades !

    Posté par wawaa, 12 février 2011 à 18:30 | | Répondre
  • Aujourd'hui à seissan tu a vu des perruches, des canards, des perroquets, des poules, des lapins... Il parait que c'était très bien, dixit mon papa qui y a adopté 5 parruches.

    Posté par ludivinne, 12 février 2011 à 18:49 | | Répondre
  • Chut !

    Ils ont dû en entendre des tas de "petits potins" ces bancs... Heureusement qu'ils savent garder leurs secrets et rester silencieux...

    Posté par Françoise, 13 février 2011 à 10:55 | | Répondre
Nouveau commentaire