31 janvier 2011

L'amour est dans le pré ?

Il était une fois dans les champs et prés du Haut-Astarac, au sud du Gers, un beau paysan à la fière allure,  vaillant, courtois, doté d'un humour imparable, gentil qui rêvait, chaque fois qu'il s'occupait de ses cultures de rencontrer sa douce moitié, sa princesse, que dis-je son grand amour avec qui, il pourrait partager au quotidien, sa vie, sa passion pour la terre, pour le Gers, pour les Tournesols fleuris en été, pour le blé doré et le colza lumineux du printemps… sans oublier sa flopée de poules et de canards qui lui procuraient les meilleurs denrées pour ses repas. Il s'arrêtait parfois, le temps d'une rêverie, au volant de son grand tracteur, imaginant qu'il allait bientôt la croiser… Il la voulait authentique, comme lui, pas une poule refaite avec du plastique dans les mamelles, pas  une dinde endimanchée et couverte de peintures dans l'espoir d'avoir un meilleur teint, il la voulait authentique, belle comme elle est… Il avait tant à lui donner. Il se creusait la tête pour que tout se réalise. Un peu timide, il ne savait de toutes manières pas comment il l'aborderait, si par bonheur il venait à la croiser. Il pensa à cette émission débile sur une chaîne de télévision, où les agriculteurs rencontrent quelques dames et sont exposés au regard moqueur du monde … Il n'avait pas besoin de ça, encore moins de se montrer à la télévision. Sa quête lui était personnelle et intime et le monde télévisuel lui paraissait bien trop surfait…Il préférait attendre même si parfois l'impatience était intense. Un soir, alors qu'il avait terminé son travail, en remontant dans son tracteur, il perdit une chaussure sur le bord de son champ, trop fatigué pour s'en rendre compte… Cendrillon n'aurait pas mieux fait , sauf que dans l'histoire, à minuit le tracteur ne s'est point transformé en citrouille.


IMGP5171

 

Posté par wawaa à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur L'amour est dans le pré ?

  • très belle histoire, bien racontée, on ne peut que souhaiter à ce jeune agriculteur de trouver sa promise ,jeune , belle , nature !!!et loin des caméras bien entendu !

    Posté par odette, 31 janvier 2011 à 13:27 | | Répondre
  • Tu devrais mettre sa photo à lui et non celle de sa chaussure ! :p

    Bonne chance à lui, c'est vrai qu'aujourd'hui, il est difficile de trouver chaussure à son pied (pour rester dans le ton de ta photo).

    Posté par Lies, 31 janvier 2011 à 14:13 | | Répondre
  • Ah mais, je ne sais pas qui c'est, je n'ai trouvé que sa chaussure ! Si y'a des amatrices pour chercher

    Posté par wawaa, 31 janvier 2011 à 14:49 | | Répondre
  • il a pris son pied en travaillant la terre

    Posté par desny, 31 janvier 2011 à 21:44 | | Répondre
  • si le cœur lui en disait

    Un soir, alors qu'il avait terminé son travail, en remontant dans son tracteur, il perdit une chaussure sur le bord de son champ, trop fatigué pour s'en rendre compte…
    Le lendemain en s’éveillant aux bruits de la ferme, caquètements des volatiles, meuglement des bovins et autres sons familiers les souvenirs de la veille lui revinrent en mémoire. Au lieu de s’apitoyer sur son sort, il fit du regard le tour de ce qui l’entourait le poêle qui diffusait une douce chaleur, la cheminée d’où quelques braises encore chaudes faisaient luire la cendre, le chat qui s’étirait pour venir doucement caresser le bas de son pantalon, toute cette douceur de vivre qui lui appartenait à lui seul lui remit un peu de baume sur le cœur. Evidement une compagne pour partager ces moments magiques et si précieux de la vie aurait été la bienvenue, mais, ma foi il faudrait attendre encore un peu. Il était d’un naturel optimiste, il le sentait elle viendrait bien un jour ou l’autre celle qui l’accompagnerait sur le chemin de la vie.
    Allons, le chat demandait un peu d’attention, une caresse de la main de la nourriture dans sa gamelle et le voilà satisfait. Après un solide petit déjeuné il s’apprêtait à sortir soigner les animaux quand quelques coups discrets frappés à porte l’arrêtèrent dans son idée. Quelqu’un à cette heure-ci n’était pas habituel. Cette présence là derrière ne lui disait rien qui vaille. Il ouvrit quand même, que faire d’autre. Une drôle de surprise, une drôle de bonne femme, oui. Emmitouflée jusqu’au bout du nez dans une écharpe rouge un appareil photo autour du coup et des chaussures,… pas des chaussures de la ville ça non, des chaussures, comment ils appellent ça déjà ? Ah oui des chaussures de randonnées.
    Bon enfin, une drôle de bonne femme qui se baladait par là et finit-il par comprendre cherchait le sentier qui mène au « cap du Bosc » mais en passant par le bord du lac. Bon là elle était perdu c’est sûr parce que le lac fallait aller le chercher plus à l’est. En attendant il lui proposa de rentrer se réchauffer auprès du poêle et de partager un petit café avec lui si le cœur lui en disait. Ensuite, si elle n’était pas pressé si elle voulait bien lui donner un petit coup de main pour soigner les bêtes, oh justes quelques poules, il la ramènerait sur le sentier.
    Le cœur lui en disait, et en se séparant sur se petit sentier ils échangèrent une chaussure qu’elle avait trouvé en traversant un labours et une promesse de se revoir.
    Ainsi fini mon histoire la fin n’appartient qu’à eux, n’appartient qu’à vous.

    Pardon de m’être appropriée ton histoire pour lui trouver une fin qui convient mieux à ma nature quelque peur romantique. Je l’ai découverte aujourd’hui et je l’ai trouvé bien sympathique mais pas assez optimiste. C’est pourtant la réalité, pas facile pour un agriculteur de trouver une compagne, mais dans le Gers c’est quand même plus facile que dans d’autres régions me semble-t-il.

    Posté par ludivinne, 01 février 2011 à 09:56 | | Répondre
Nouveau commentaire