21 septembre 2010

L'église de Notre-Dame de l'Assomption de Ponsan-Soubiran

1


Merci les Journées du Patrimoine 2010 sans quoi je n'aurais peut être pas pu entrer dans cet édifice qui m'avait déjà fasciné lorsque j'en avais fait le tour , lors d'une boucle de randonnée au Mont Cassin, point culminant du Gers, entre Monlaur-Bernet et Ponsan-Soubiran. Aussi petite soit-elle, elle me fait penser à une basilique ou une cathédrale miniature à cause de son architecture très particulière et notamment ses absidioles et la sacristie extérieurement sémillantes.


57098716

Et donc, ce dimanche 19 Septembre 2010, dans le cadre de ces Journées du Patrimoine, était organisé un circuit de découverte de peinture et sculpture en Haut-Astarac. Le circuit passait par plusieurs points mais pour des raisons de locomotion (voiture en réparation), je ne pouvais aller hélas, qu'à la visite de l'église de Ponsan-Soubiran et son château. Une visite guidée ma foi, très intéressante menée par une jeune femme dynamique et enjouée qui nous a m'a permis de découvrir ce petit joyau caché derrière l'Everest gersois.


Notre-Dame de l'Assomption a été construite voire reconstruite au XIX e siècle sur ce qui restait des édifices religieux précédents. Elle est donc relativement moderne malgré un aspect flamboyant, rappelant les basiliques byzantines, la renaissance et le Moyen-âge.  C'est finalement un peu toutes les époques architecturales qu'elle unit et qui en font un monument vraiment exceptionnel. Il y avait là une ancienne chapellenie et c'est sur ses ruines que l'église va être reconstruite au  XIX e siècle sous l'impulstion d'Henri Fumel, issu de la lignée du Marquis de Molleville qui est à l'origine du château. Actuellement cette église mérite de garder son éclat et c'est ce à quoi s'affaire la municipalité quand elle en a les moyens.


Le clocher


C'est un très joli clocher de forme octogonale qui se tient à l'Ouest de l'édifice et sous lequel une porte en plein cintre permet d'entrer à l'intérieur. J'aime tout particulièrement son toit bordé de créneaux, ses tuiles en ardoise et la croix en fer forgé qui se tient en son sommet ainsi que les tiges courbées qui l'habillent et qui servent apparemment de girouette étant donné la flèche directionnelle qui doit tourner avec le vent.


 

2

Cette tour abrite les cloches, qui, d'après ce que j'ai compris, ne sonnent pas toutes les heures ! Elles ne sonnent qu'aux heures des repas pour prévenir les habitants qu'il est l'heure de manger. Pour la petite anecdote, le château juste en face possède une horloge et une cloche qui elle, sonne toutes les demi-heures, mais aussi une minute après celles de l'église pour elle aussi annoncer qu'il est temps de se restaurer.


L'entrée Sud et son tympan.


Le tympan

C'est par la face sud que nous avons commencé la visite et notamment par le tympan, un élément étonnant car composé de plusieurs plaques bien différentes.


3


Tout d'abord, en haut, on aperçoit un magnifique morceau de marbre sculpté qui est en fait un fragment de plaque funéraire datant du VIII e siècle et d'origine gallo-romaine. On y voit le nom d'OSCI TARIS qui est certainement celui du défunt. On y trouve également un Chrisme, une croix de malte, des arabesques, ainsi qu'une niche où e trouvait originellement une splendide pietà de pierre datant du XIV siècle. On a mis cette  statue unique en sécurité et on l'a remplacé par une petite vierge. Ce tympan est bien la preuve que cette église est finalement "de toutes les époques" !

La pietà

 

4

La pietà en question, nous avons quand même pu l'observer, puisqu'à l'occasion elle avait été exposé sur l'autel central de l'église. Au Moyen-âge La pietà est une représentation de la Vierge Marie pleurant son enfant mort , c'est un thème très récurrent dans l'art ; en l'occurrence ici, elle est très expressive.


 

5



Des sculptures et peintures à foison…

 

6

Je crois que de toutes les églises que j'ai pu visiter dans le Gers, je n'en avais jamais vu une dont toutes les surfaces étaient peintes ! Une voûte d'un vif bleu parsemé d'étoiles envahit l'espace, elle représente, comme l'a fait remarqué la guide, le ciel étoilé.


 

7

Des nervures de voûtes, aux divers murs des chapelles et absidioles, en passant par les voûtes elles-mêmes, il ne semble pas y avoir un centimètre carrée qui n'a pas eu un coup de pinceau. De loin, on peut avoir l'impression qu'il s'agit de tapisseries à la vue de certains endroits aux motifs répétitifs.


 

8

Mais quand on s'approche un peu, qu'on touche, qu'on observe les infimes craquelures et les écailles, on se rend compte que ce sont bien des peintures murales. Il y a tout de même, quelques fresques remarquables.


 

10

9

Notamment une au nord de l'abside principale représentant la résurrection de Lazare par le Christ. Ce qu'elle a de particulier, c'est que le visage de Lazare a été remplacé par celui du Marquis de Molleville. De l'autre côté, c'est l'assomption qui est représentée. Sur la voûte en croisée d'ogive de cette même abside, on retrouve certains Saints et leurs attributs.

11

Dans la chapelle Nord, dite aussi chapelle Bâptismale, on trouve une fresque représentant le baptême du Christ avec de très jolis fonds baptismaux blancs sculptés, a priori en marbre.

12

Au niveau du porche Ouest, on trouve en hauteur, une statue de Jeanne d'Arc en bois qui s'impose à l'édifice du fait de sa position centrale par rapport à la nef.

13

Il y a une infinité de choses à contempler dans Notre Dame de l'Assomption ! L'église semble complètement habitée par le Marquis de Molleville. Déjà présent dans la représentation de Lazare, il y a également  une chapelle où repose le cœur de Bertrand Molleville" dont la famille a énormément œuvré pour la restauration de l'édifice.

Avant de sortir, la guide nous a fait remarquer l'étonnant bénitier composé de coquilles géantes (d'huitres ? ), mais , je suis sûre qu'il en reste énormément à voir, et je pense qu'il faudrait y passer des heures et des heures.

14

Les vitraux

15

On n' en a pas trop parlé. Il faut dire que les peintures murales prennent une place prépondérante ! Ces vitraux ne sont pourtant pas anodins, représentant de manière classique, la vierge, les saints … mais sont tout aussi lumineux et jolis, il n'y a qu'ils se perdent un peu dans cette immensité colorée !

16


 

A tous points de vue, ce monument est une œuvre d'art architecturale incroyable ! J'en ai pris plein les yeux et dès qu'une nouvelle visite y est organisée, j'y retournerai car dans cette multitude de choses à voir, je n'ai pas forcément eu le temps ou l'attention qu'il fallait pour voir d'autres détails intéressants !

Posté par wawaa à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'église de Notre-Dame de l'Assomption de Ponsan-Soubiran

Nouveau commentaire