Gersicotti ? Gersicotta !

Magie, sur l'aire de repos de l'Isle-Jourdain...

Le 30 avril 2015, nous avons rejoint le Gers dans la soirée. Ce qui a valu à mon mari de supporter mes questions insistantes afin qu'il acceptât de faire une petite pause.

20h30 : "Dis tu crois qu'on arrivera quand même à voir un bout du coucher de soleil en arrivant dans Gers ?

- Je sais pas."

20h45 : "Dis, si on s'arrête à l'aire de repos près de l'Isle-Jourdain on verra des orchidées ? Et le coucher du soleil ?

- Peut-être bien."

20h58 : "Dis t'as vu, l'aire est dans 600 m ! On s'arrête ?

-D'accord !" 

J'étais donc bienheureuse, car comme je l'espérais, j'assistais à la toute fin du coucher de soleil qui se faisait dans une ambiance mitigée comme je les aime. Je contemplais donc les arbres entourés de rose, rose pâle, bleu gris, bleu, blanc...

DSCN9817

 

DSCN9821

DSCN9825

D'un côté le ciel était une sorte de mille-feuilles de couleurs, de l'autre, la lune s'imposait peu à peu ! Elle voulait prendre sa place dans l'obscurité naissante.

DSCN9829

DSCN9818

 

L'ensemble se dissipait pour laisser place à la nuit, alors il fallut repartir parce qu'il fallait dormir aussi !

DSCN9830

Une fois dans la voiture j'exhortais mon mari de balancer du lave-glace sur le pare-brise. Une fois que ce fut fait, je pus immortaliser la N124 en train de s'endormir.

DSCN9839

 

A cela j'ajoutai : "Tu vois, c'était une bonne idée de s'arrêter là !"

Posté par wawaa à 15:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Randonnée d'Orbessan à Traversères : aller sous la pluie, retour au soleil !

Le vendredi 15 mai, c'était décidé, Denis et moi irions randonner. Mais randonner, randonner. Pas nous promener gentiment et faire 386512544225 photos d'orchidées et d'oiseaux. Pas y passer 8h00 comme pour la randonnée autour de Faget-Abbatial même si c'eût été dommage de ne pas y passer autant de temps. Bref, sur notre petite fiche de randonnée, il était écrit qu'elle durait 3h00 pour 13 km. Ce qui faisait une moyenne de moins de 4 km par heure ce qui était tout à fait abordable même si une belle côte nous attendait. C'était donc décidé. De toute manière le temps était gris et la pluie menaçait de tomber. Autant vous dire de suite que j'avais un peu la pression : il ne fallait pas que je m'attarde à faire 12 photos d'un même sujet. Nous sommes partis du parking de l'église d'Orbessan à 8h58 précisément.

DSCN9954

 

En sortant du parking nous avons tourné à droite pour passer par dessus le Gers. C'est là qu'un agneau belliqueux s'est précipité vers nous. Soit il souhaitait faire notre connaissance, soit il nous encourageait, soit il tentait de nous faire fuir. Comme je parle très mal le mouton et encore plus mal le jeune mouton, j'ai préféré ne pas prendre de risque. Mais j'ai quand même pris 3 secondes pour faire le portrait du monstre en question qui s'avérait être tout mignon.

DSCN9957

 

Nous avons atteint un croisement et là... Et là ? Moi fallait que je fasse une pause coquelicots. Parce qu'ils étaient beaux, les coquelicots au vent au milieu des champs et sur le bordures de la route.

DSCN9958

DSCN9961

 Nous avons continué sur la droite encore. Je m'étais autorisée UNE SEULE photo par espèce d'orchidée croisée. Donc voilà, la première orchidée de la matinée : un anacamptis pyramidal. Peut-être constaterez vous plus tard que je n'ai pas vraiment tenu mes auto-promesses.

DSCN9962

 

Puis commença la côte : un joli chemin boisé, bordant un champ de blé s'offrait à nous sur la gauche. De là, la vue était magnifique malgré le temps inquiétant. Et c'est là que nous commençâmes à sentir quelque gouttes ...

DSCN9964

DSCN9967

DSCN9970

 

Mais ces quelques gouttes, disons-le, donnèrent beaucoup de charme aux épis de blé. Le champ avait l'air tout doux. Alors j'ai glissé ma main sur quelques épis : ce n'était pas qu'une impression ! Les jeunes épis de blé étaient doux comme une belle chevelure...

DSCN9972

 

DSCN9974

DSCN9975

 

Le chemin zigzaguait et nous mena à quelques jolis spécimens de glaïeuls des marais sur les talus ainsi que des sérapias dans un petit bout de prairie.

DSCN9976

DSCN9977

 

 

DSCN9979

 

Arrivés sur un chemin de crête, nous avons eu le plaisir de contempler un paysage extraordinaire : ce paysage fait de vallons colorés typiquement gersois.

DSCN9980

 

Nous nous sommes engouffrés dans un bois où les ophrys mouches foisonnaient en compagnie de très élégantes platanthères vertes. Je me tenais à carreau, peu de pauses, peu de photos et je disais "Maiiiiissssss c'est maiiiis euuuh maiiiiiiiiiiiiis !" en râlant. Mais mais mais ? Il fallait avancer et nous étions dans les temps ! Et comme il pleuvait et que j'avais oublié les k-ways à Rodez, j'ai ouvert mon parapluie rouge et nous avons continué notre promenade sous la pluie, serrés sous notre parapluie...

DSCN9984

DSCN9985

DSCN9987

Une fois sortis de la forêt ?  Waouh ! Nous avions un panorama splendide avec vue sur Traversères. Nous avons rejoint une route goudronnée et avons pris la direction de ce village vers la gauche.

DSCN9988

 

Et hop, sur les talus un orchis bouc en train de fleurir. Sur un fil, un bruant proyer bruyant. Et en tournant la tête, une vague de verdure remarquable.

DSCN9995

DSCN9996

DSCN9997

 

Nous avons vu l'église sous plusieurs angles et la pluie se remit à tomber. Il fut donc de bon ton de rouvrir le parapluie.

DSCN9998

 

DSCN0001

DSCN9493

DSCN9496

 

Et le temps d'admirer quelques ballots, c'est une sacrée averse qui nous tomba dessus ! Avec en prime du vent. Le parapluie se retournait mais mon mari, fort courageux et fort intelligent, décida de mettre le parapluie sur le côté, ce qui nous protégeat de ces énormes trombes d'eau qui s'écrasaient sur nous de traviole. Ce n'est,pas une blague, à dire vrai, nous nous sommes vraiment pris une grosse averse, au point d'en avoir les pantalons trempés en moins de 30 secondes !

DSCN9498

 

La pluie cessa, faute d'eau probablement. Les paysages se succédaient. Et nous en vérifiant l'heure, nous avons compris que nous étions toujours dans les temps.

DSCN9502

 

DSCN9505

DSCN9506

DSCN9507

 

Une petite pause s'imposait. Boire un peu d'eau, car la pluie ne nous avait pas désaltérés finalement et manger un petit pain brioché au chocolat fait par ma maman. C'est qu'il faut aussi ne pas se laisser mourir de faim ! C'est en continuant sur la gauche au niveau d'une patte d'oie que nous avons croisé un anacamptis pyramidalis -tellement beau que je n'ai pas pu résister à le photographier même si c'était le second du genre que j'immortalisais, oups - un beau paysage mais aussi des orchis pourpres !

DSCN9509

 

DSCN9511

 

DSCN9514

 

Une belle route de crêtes nous attendait et le soleil aussi ! Petit à petit, les nuages se dissipaient vers le sud et nous étions parfois "traversés" par la lumière quand les cumulo-nimbus ne faisaient que rapidement passer. Tout était beau, la lumière courait sur les champs.

DSCN9515

DSCN9516

 

DSCN9520

 

 

 

DSCN9521

 

Nous nous régalions sur ces petits bouts de Gers. Nous demandant à chaque virage quelle merveilles nous allions voir ! Et profitant du soleil qui séchait nos vêtements !

DSCN9522

DSCN9523

 

Nous avons retrouvé des glaïeuls des marais dans les champs de blés. Les deux se mariaient à merveille. Puis nous avons suivi un chemin de terre qui allait nous mener vers un bois.

DSCN9525

DSCN9526

 

DSCN9527

DSCN9529

 

Qu'il était bon d'admirer le paysage, les arbres esseulés, les papillons sur les orchis pyramidaux, écouter les oiseaux chanter, sentir les rayons sur soleil sur notre dos et le vent sur nos joues.

DSCN9533

DSCN9534

 

Dans le bois tout était doux, calme, paisible. Et la sortie du bois fut grandiose : une bouffée de soleil et un superbe chemin de terre qui offrait la campagne comme un tableau de grand maître.

DSCN9537

 

DSCN9538

DSCN9540

DSCN9541

 

Nous avons retrouvé Orbessan en bas de notre colline. Nous n'avons pas perdu notre rythme malgré les orchidées et les autres paysages sublimes ! Nous avons tenu bon... j'ai tenu bon !

DSCN9543

DSCN9546

 

DSCN9547

DSCN9549

DSCN9550

 

Un vieil orchis militaire et un orchis singe nous saluèrent avant de rejoindre un hameau. En continuant sur la route sinueuse nous avons retrouvé le village en plein soleil !

DSCN9551

 

DSCN9553

DSCN9554

DSCN9555

DSCN9558

DSCN9560

 

 Je n'ai pu m'empêcher de refaire une pause pour revoir les coquelicots, mais aussi notre ami l'agneau, moins agressif cette fois-ci.

DSCN9562

DSCN9563

DSCN9565

A midi, nous étions à la voiture. 3h02 donc. On peut dire que nous avons respecté notre engagement ! Et cela ne nous a pas empêchés de profiter du paysage ! Et en plus nous avons l'avantage de tester les lieux sous la pluie, sous le vent et au soleil... si ça c'est pas efficace comme le shampoing 3 en 1, hein ? Une très jolie balade, mais c'est normal, c'est dans le Gers !

Posté par wawaa à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un monde en vert et pourpre...

C'était ça, un monde en vert et pourpre. Ce monde botanique nous l'avons redécouvert mi avril. Petit flashback donc. Nous revenions du château de Monluc où nous avions fait nos réserves de tuilé et pour le retour nous sommes passés par Fleurance et Auch. Une fois à Auch, j'ai eu cette folle envie d'aller à Montégut et en passant par Pessan, je me suis rappelé cette petite prairie sauvage qui longe la départementale qui part de ce village et rejoint Pavie. Comme des rapaces tournoyaient au-dessus de nos têtes et que mon amoureux adore les oiseaux (d'ailleurs il a ouvert un blog à ce sujet qui s'appelle Un Nid de cuicuis), il m'a laissée avec mes orchidées et lui s'en est allé, le nez en l'air, l'air de rien. 

J'étais donc presque seule (car il n'était pas si loin que ça) avec une belle myriade d'orchis pourpres. Comme l'année précédente, la prairie en était couverte et ce n'était pas pour me déplaire. Alors certains diront que cette orchidée commune n'a finalement plus rien d'exceptionnelle tellement on la voit partout en saison. Mais j'aime toujours autant en retrouver divers spécimens car comme nous, chaque pied est unique, avec des nuances de couleurs, des formes variées.

DSCN9759

DSCN9762

DSCN9763

DSCN9765

J'étais dans un bal, un bal où les dames étaient vêtues de magnifiques robes blanches et poupres, sur une piste verdoyante. Et j'avançais, j'avançais dans ma prairie... J'ai évité les pas de danse, ce n'est pas vraiment ma spécialité !

 

DSCN9769

DSCN9770

J'ai copié mon mari ! J'ai levé les yeux au ciel.  Et j'ai vu moi aussi les milans planer. Je compris alors pourquoi il était tête penchée en arrière, patiemment, à s'en choper un torticoli !

DSCN9773

Moi, mon torticoli, je l'attrape en penchant la tête vers l'avant ! J'ai donc repris ma découverte des orchis pourpres ici présents continuant à cheminer au milieu des fleurs.

DSCN9774

DSCN9775

 

DSCN9776

DSCN9777

DSCN9783

 

J'étais gâtée ! Et ce qui était agréable c'est finalement d'en voir de toutes sortes. Des labelles plus blancs, des labelles tirant davantage sur le fushia, des labelles plus ou moins allongés.

DSCN9784

DSCN9785

 

DSCN9789

 

DSCN9791

DSCN9792

 

Certains commençaient à peine à fleurir, d'autres avaient déjà bien entamé leur floraison. Ici, c'était l'empire des orchis pourpres où le poupre était roi ! Un point c'est tout !

DSCN9793

 

DSCN9795

DSCN9796

DSCN9797

DSCN9798

DSCN9799

 

DSCN9800

DSCN9801

DSCN9802

DSCN9805

DSCN9806

 

Je suis arrivée tout au bout de la prairie, près de mon mari qui avait toujours les yeux en l'air, concentré sur un milan qui semblait avoir quelque chose entre les pattes. Alors je me suis penchée sur les derniers orchis à portée de vue. Un vrai régal.

 

DSCN9807

DSCN9810

DSCN9811

DSCN9813

DSCN9817

 

Nous avons rejoint la route goudronnée pour retourner vers la voiture. Mais en chemin, un bruant proyer poussait son cri strident, perché sur un câble, ouvrant le bec tout grand.

 

DSCN9822

 

Et en arrivant dans la voiture, qu'avons nous vu tout près de nous ? Des rapaces dans les arbres ! Il y en avait des dizaines, c'était étonnant d'en voir autant.

DSCN9829

DSCN9845

 

Alors plutôt que de faire demi-tour pour rejoindre notre itinéraire pour Arrouède, nous avons continué sur la petite route où nous étions garés. Nous avons très vite compris pourquoi tant de rapaces traînaient dans le coin. Nous étions tout à côté de la décharge ! En revenant de cet endroit qui, disons-le, ne sentait pas très bon, un chevreuil nous a fait oublier ces lieux peu agréables. Il était tranquillement, au milieu d'un champ, en train de grignoter les jeunes, tendres et délicieuses pousses de blé. 

DSCN9848

DSCN9849

 

 

Bref, la vie en poupre ça a du bon !

Posté par wawaa à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



 
Creative Commons License
Gersicotti Gersicotta by Sylvie Legrand est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.