Gersicotti ? Gersicotta !

L'automne 2014 dans le Gers !

Comme chaque année, parcourir le Gers en automne c'est l'occasion de voir des paysages colorées. Voici quelques images automnales datant du week-end dernier...

 

Au lac de l'Astarac

DSCN0004

 

Vue sur Saint-Blancard

DSCN5056

DSCN5057

 

Entre Saint-Blancard et Aussos

DSCN5059

DSCN5060

 

Entre Aussos et Sarcos

DSCN5065

DSCN5066

 

DSCN5068

 

 

DSCN5069

DSCN5071

 

A Saint-Loube

DSCN5136

Posté par wawaa à 22:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Gravir Monblanc un 22 Novembre !

Samedi dernier, j'avais, dans l'après-midi, envie de me promener dans le Gers et partir à la découverte de villages inconnus. On m'avait parlé du petit village de Saint-Loube, et ma foi, comme cela se trouve en val de Save, un coin que je n'ai que très peu exploré jusque là, mon cher et tendre et moi en avons pris la direction. Sauf que, arrivés au croisement où il eut fallu tourner à droite, j'ai continué tout droit. Oups ! Nous nous sommes alors retrouvés à Monblanc. Ce qui tombait bien puisque, comme je voulais voir les montagnes ce week-end et qu'on ne les voyait pas, il était de bon ton de gravir Monblanc. Bref ! Le petit village de Monblanc, qui ne culmine pas à 4807 mètres, nous a paru, être un village agréable et paisible. Une fois garés près de l'école, nous avons amorcé notre visite dans la rue principale. Le défilé de façades colorées et fleuries nous a enthousiasmés !

DSCN5073

DSCN5076

Avant de nous engoncer dans le village, nous avons pris la direction de l'Ouest pour "voir les paysages". Nous avons pu admirer la grande église et son clocher-mur qui semblait nous sourire... même dans le reflet des vitres des voitures !

 

DSCN5078

DSCN5081

Je voulais voir les paysages, et j'ai vu de magnifiques paysages vallonés ! La vue était imprenable et forçait l'admiration. De vallons gersois, en vallons gersois, le panorama donnait une impression d'infini ...

 

DSCN5083

DSCN5085

Nous avons fait demi-tour pour remonter vers le village. C'est là que des moineaux tranquilles, profitant du soleil, ont occupé un peu de notre temps. L'un se tenait droit et fier sur la gouttière, l'autre amorçait sa sieste sur le coin d'une vieille fenêtre.

DSCN5087

DSCN5088

DSCN5089

 

DSCN5090

DSCN5093

Nous avons continué notre périple en remontant la rue aux belles façades, nous avons croisé une statue de la vierge, et de vieilles publicités sur les murs.

DSCN5098

DSCN5099

DSCN5100

 DSCN5108

En nous retournant, quelle vue splendide sur l'église s'offrait à nous ! Qu'il aurait été agréable de prendre place sur les chaises blanches qui trainaient là, et laisser le temps s'écouler. Sauf que le temps, nous n'en avions pas, car le soleil, à cette époque de l'année, se couche assez vite, et je voulais voir Saint-Loube et pourquoi pas, encore un autre village !

DSCN5101

DSCN5102

DSCN5103

DSCN5105

DSCN5106

 

En retournant vers la voiture, quelques petits balcons avaient des allures de fête...

DSCN5109

Voilà notre ascension de Monblanc, un petit village gersois, coloré, lumineux et paisible. Une jolie découverte au hasard des routes gersoise, encore une fois !

Posté par wawaa à 22:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Montagnes de plumes !

Je voulais voir les Pyrénées, absolument. Je jalousais ceux qui les avaient photographiées, ces derniers jours. Cette oblongue chaîne de montagnes resplendit sous la neige. Et moi ? Moi, j'étais à 300 km de là, à envier les veinards qui avaient une foison d'occasions de les admirer. Alors, j'ai dit : "Si on allait dans le Gers ce week-end ? La météo prévoit du beau temps, on devrait voir les Pyrénées."

Lorsque nous avons pris la route vendredi soir, depuis Rodez vers Arrouède, je ne pensais qu'au lendemain matin, quand j'allais mettre le nez dehors au lever du soleil et pouvoir retrouver les montagnes que j'admire tant et qui provoquent en moi cet inexplicable émerveillement.

J'imaginais déjà, les photos que j'allais faire ! Combien j'allais en faire ! J'avais rechargé pas moins de quatre batteries d'appareil photo, j'avais pris ma carte 32 Giga. Comme on dit dans le sud, j'étais au taquet. Prête et intenable. Je trépignais.

Le lendemain matin, me voilà prête à 7h15, à guetter les premiers rayons de soleil. A guetter les premières pointes de sommets. Rien. A l'horizon brumeux, de la brume, de la brume, des nuages, du blanc, du gris, un peu de bleu, un poil de rose, mais RIEN. Pas une montagne.

"Tant pis, dis-je, je les verrai demain ! Et cet après-midi nous irons nous promener autour de Lombez".

Après avoir découvert plusieurs villages que je ne manquerai pas de vous présenter, direction Sauveterre. Mais, vous savez, Sauveterre ! Ce village perché à 280 m d'altitude où se trouve un point de vue exceptionnel sur la chaîne des Pyrénées, du Canigou, jusqu'à l'atlantique. Je l'ai vu une fois, le Canigou depuis là-bas, j'avais aussi vu les Pyrénées, cette fois-là. La campagne resplendissait avec les derniers rayons de soleil, une douce brume rendait le paysage doux et agréable à regarder. 

DSCN5188

DSCN5189

DSCN5192

DSCN5194

Mais toujours pas de Pyrénées. Pas de bol. Je me répétais: "On les verra demain". En arrivant à Arrouède, petite  consolation au coucher du soleil ! Le Pic du Midi se laissait entrevoir comme une ombre imposante.

DSCN5213

 

Le lendemain matin donc, aujourd'hui à 6h30 pétante, dimanche 23 Novembre 2014, le réveil sonna comme prévu ! Ah, j'allais voir mes Pyrénées et depuis Sauveterre ! Car je m'étais dit que, quitte à les voir, autant retourner sur ce point de vue magnifique. En sortant de la maison, le ciel était noir, noir, noir, aucune étoile ne se rendait visible. Une couverture nuageuse semblait avoir envie de survoler le Gers. Ce n'était pas si grave ! J'ai souvent vu mes montagnes alors que le ciel au-dessus de ma tête était gris. Au fil de la route, le jour commençait à naître. Point de montagnes à l'horizon. Nous arrivâmes deux à Sauveterre sachant déjà que notre épopée Pyrénéenne ne serait pas très glorieuse. Evidemment, à l'horizon, point de Pyrénées, même pas une ombre, même pas une silhouette, même pas.

DSCN9575

DSCN9576

DSCN9579

DSCN9580

DSCN9582

Mais en guise de consolation, et c'était une bien belle consolation, le lever de soleil fut tout à fait extraordinaire, doux, discret, mais si délicieux. Alors pendant que mon cher mari s'entraînait à la course - monsieur avait préparé son parcours la veille, j'ai profité de ce petit village tellement paisible aux aurores, de son église, des paysages, du ciel tantôt de feu, tantôt légèrement rosé. C'était simple et c'était très bien comme ça. Quant aux Pyrénées, je m'étais résignée à les voir une autre fois ! Après tout, je les ai si souvent vues, je ne peux pas avoir continuellement l'incroyable chance de les voir. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot !

DSCN9590

DSCN9593

DSCN9596

DSCN9602

DSCN9607

Après le retour de mon amoureux qui avait bravé l'air frais et la côte entre Lombez et Sauveterre, est venu le temps de changer nos plans. "Et si nous allions refaire un tour au lac, pour voir les oiseaux, lui dis-je". C'est que, la veille, avant notre virée dans le Val de Save, nous avions déjà fait une pause au lac. Et nous avions vu, d'assez loin, quelques oiseaux : hérons, cormorans, vanneaux huppés, aigrettes … cela avait suscité, chez nous, l'envie de revenir et de faire la balade que nous aimons faire sur la petite route goudronnée qui longe le lac et qui est, à d'autres saisons, immergée.

DSCN9981

DSCN0007

DSCN0016

DSCN0020

DSCN0025

DSCN9989

Marché conclu et direction le lac de l'Astarac, pour faire des observations ornithologiques. Sur le coup de 10h, nous étions au bord de l'eau. Une belle aigrette au plumage intensément blanc et une bergeronnette sautillante nous accueillirent. Et pendant ce temps-là, au-dessus de nos têtes, les cormorans tournoyaient...

DSCN9629

DSCN9638

DSCN9647

DSCN9656

DSCN9708

Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous aperçûmes sur un rebord, un martin-pêcheur. Nous parlions, parlions et le bleu de ses ailes nous interpela. Je crus d'abord voir une sorte de balise. Quand nous comprîmes de quel oiseau il s'agissait, il était trop tard. De son cri caractéristique et strident, il avait quitté les lieux pour rejoindre l'autre bord du lac. Ce n'était pas grave, nous avions eu au moins le plaisir de le voir. Nous avons continué sur la petite route goudronnée avant d'arriver sur un chemin de terre. Nous avons tenté de rejoindre la bordure du lac et c'est là que nous avons trouvé encore d'autres beaux échassiers. Pour ne pas trop les déranger nous avons très vite pris le chemin du retour.

DSCN9660

En repartant, j'ai osé dire :"Ca serait génial si on pouvait revoir le martin-pêcheur". Sur un ton relativement taquin, mon cher et tendre osa me répondre : "Oui, comme les Pyrénées…". Sauf que, arrivés à l'endroit clé, je me suis arrêtée net. J'ai chuchoté, j'ai ralenti le pas. J'avais vu sur le bout d'une souche un point bleu. C'était lui ! Il était de retour. Nous avons avancé à pas de loup durant 15 minutes - faites le calcul, 50 m en 15 mn - et je me suis concentrée sur mon appareil photo. Je me devais de réussir les photos, je devais être stable, je devais cadrer correctement, je devais en plus faire attention à ne pas faire de gestes brusques pour ne pas effrayer l'oiseau coloré. Il m'a offert de belles poses et une belle pause, mais surtout un si beau moment à l'observer !

DSCN9671

DSCN9676

DSCN9677

DSCN9680

DSCN9683

Arrivée à 10 m, il a pris peur, et s'est envolé rasant l'eau, toujours en poussant ses petits cris stridents. Nous étions absolument ravis et reprenions un bon pas pour rejoindre la voiture. Mais ? Mais ce n'était pas terminé ! Car l'extraordinaire n'avait pas fini de nous surprendre. A peine plus loin, deux grands oiseaux blancs pêchaient le bec au fond de l'eau. Le bec ? En forme de spatule ! Je n'en revenais pas. Je n'avais jamais vu de tels oiseaux ici et pourtant, je suis venue tellement souvent. Nous avons repris nos pas de loup et avons adoré regarder les deux échassiers patauger dans l'eau…

 

DSCN9688

DSCN9694

DSCN9703

DSCN9709

DSCN9711

 

DSCN9713

DSCN9714

DSCN9715

DSCN9717

 

C'est toujours pareil quand on prévoit quelque chose, rien ne se passe comme prévu. Je n'ai pas vu les Pyrénées, comme je le souhaitais, mais l'imprévisible et l'improvisation, m'ont fait voir des merveilles que je n'aurais sans doute pas vues si les montagnes avaient daigné le bout de leur nez !

J'ai parfois tendance à croire que les Dieux gersois sont avec moi, quoiqu'il arrive.

Posté par wawaa à 20:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]



Fin »
 
Creative Commons License
Gersicotti Gersicotta by Sylvie Legrand est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.